×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Le contingent tomate réalisé à 95%

    Par L'Economiste | Edition N°:325 Le 09/04/1998 | Partager

    Pour la première fois depuis l'instauration du taux communautaire, le contingent de tomate est réalisé dans sa quasi-totalité. Les exportateurs continuent leur travail de diversification des marchés. A fin mars, ce sont un peu plus de 50.000 tonnes qui ont été absorbées par les pays hors-UE, avec la Russie en peloton de tête.


    La campagne tomate à prix d'entrée conventionnel s'est achevée (octobre à mars). Sur les marchés de l'UE, le Maroc a réalisé 95% de son contingent. "La non-réalisation complète de ce contingent, précise l'Association Marocaine des Producteurs Exportateurs de Fruits et Légumes (APEFEL), "est due en particulier au choix des exportateurs marocains à travailler sur les marchés hors-UE" et ce, poursuit l'Association, afin d'assurer une continuité d'approvisionnement pour les mois d'avril et mai, période pendant laquelle les exportations marocaines de tomates sur l'UE sont soumises au prix d'entrée GATT (7,5 FF/kg en avril et 5 FF/kg en mai, "ce qui est limitatif").
    Les prix pratiqués n'ont pas été "vraiment mirifiques" à cause des arrivages espagnols et canariens. Cependant, rappelle l'APEFEL, les valeurs enregistrées étaient meilleures que celles de la campagne précédente. Ainsi, les prix n'ont été en dessous du prix d'entrée que pendant 25 jours dont 3 jours avec ETM (équivalent tarifaire maximum), alors qu'en 1996/97 ils ont été en dessous du prix d'entrée pendant 50 jours dont 17 avec ETM.`

    Pour ce qui est des exportations de tomates hors-UE, leur part a atteint 26% des expéditions globales contre à peine 18% à la même date de l'année dernière. Sur ces marchés, souligne l'Association, une progression constante des exportations sur la Russie est enregistrée, devenant ainsi "le premier débouché marocain hors-UE". Pour cette saison, l'effort de diversification entrepris par les producteurs exportateurs sur les marchés hors-UE a permis des expé-ditions s'élevant à la fin du mois de mars à 52.210 tonnes contre 27.190 un an auparavant (+92%).
    Au total, au 31 mars, les expéditions de tomates se sont élevées à 196.699,9 tonnes, soit une hausse de 29,3% par rapport à la campagne précédente (152.034,2). Cette évolution concerne autant les variétés classiques conduites sous-serres que les tomates kiwat (+39%), les tomates cerises (+33%) et les tomates en grappe (+73%) à forte valeur ajoutée.

    Il est à rappeler que les exportations globales de primeurs, toujours à fin mars, se sont chiffrées à 242.416 tonnes, enregistrant ainsi une augmentation globale de 16%. Cette hausse a concerné la plupart des expéditions, sauf la pomme de terre qui continue sur sa chute. Les exportations sont passées de 37.193 tonnes en 1996/97 à 19.588,2 pour cette saison (-47%). Ce recul est imputé à la réduction des superficies em-blavées suite aux deux mauvaises campagnes suc-cessives vécues par les producteurs de ce produit, au déficit en semences de bonne qualité et au prix attractif enregistré sur le marché intérieur.
    Reprenant une place importante dans les exportations du secteur, les autres fruits et légumes (excepté les tomates et les pommes de terre) se défendent très bien et enregistrent des évolutions qualifiées d'appréciables. Les exportations, à fin mars 1998, se sont élevées à 26.128,3 tonnes contre 20.058,6 un an auparavant. Réalisant ainsi un bond de l'ordre de 30%. Selon les produits, les résultats commerciaux sont contrastés, mais le marché a été généralement actif avec une demande pour la plupart des variétés, note l'APEFEL.
    Les professionnels notent le bon comportement des courgettes dont les expéditions enregistrent une évolution de l'ordre de 42%, du haricot vert (+168%) ainsi que du melon (+76%). En revanche, la fraise a vu ses exportations chuter de 14% par rapport à l'année dernière.

    Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]iste.com
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc