×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Observatoire de Créargie: La location reprend

    Par L'Economiste | Edition N°:325 Le 09/04/1998 | Partager

    En attendant les résultats de son enquête qui est en cours, l'observatoire de Créargie dévoile les données de sa précédente investigation: stagnation des prix de vente et reprise de la location.


    Les prix de vente de l'immobilier se stabilisent et le marché de la location est en développement, c'est en tout cas ce que révèle l'enquête du cabinet d'étude Créargie qui date de novembre dernier. Selon cette étude, qui relève de l'observatoire du marché de l'immobilier, les prix de
    vente des logements et des plateaux de bureaux ont connu la même évolution à quelques excep-tions près. Les prix de cession des logements ont enregistré une légère hausse, ne dépassant guère 1%, et ceux des plateaux de bureaux sont restés stables. A préciser que les prix de ces derniers avaient reculé de 2% en février 1997(1).
    Côté location, les prix des loge-ments ont augmen-té de 6%, alors que ceux de l'immobilier de bureau ont reculé de 11%.
    Autre point commun: aussi bien les logements que les plateaux de bureaux se sont écoulés plus facilement entre février et novembre 1997. Créargie prend pour référence son enquête précédente portant sur la période mars 96-février 97. Pour preuve: les délais de stock enregistrent de fortes baisses.

    Pour les logements, les délais de stock des surfaces finies et non finies, destinées à la vente, ont reculé de 13% en novembre 1997, alors qu'il y avait un stock de 81% au début de la même année. Toutefois, les surfaces finies, elles, ont vu leur délai de stock augmenter de 9% par rapport au début de l'année. Mais il n'en demeure pas moins que le volume total des surfaces finies et non finies vendues a progressé de 33% à 676.000 m2 durant la période février-novembre 97 (482.00 pour les surfaces finies et 194.000 pour celles non finies).
    Les plateaux de bureaux ont également enregistré une baisse du délai de stock
    (-30%), mais celle-ci est moins importante que celle relevée au mois de février 1997 (-40%). La demande a pourtant été plus significative en raison de la stabilisation des prix. La cession des surfaces finies s'est donc ralentie avec un délai de stock plus long. Le nombre de m2 finis vendus a en effet régressé de 14%. Toutefois, le nombre total des m2 vendus a enregistré une augmentation de 50% avec 59.600 m2 fin 1997 contre 51% (39.800 m2) en février de la même année.

    Adéquation de l'offre et de la demande


    La location continue à se développer. En effet, de plus en plus de promoteurs immobiliers louent leurs plateaux de bureaux. En fait, ils ne font que répondre à la demande des entrepreneurs, notamment ceux en démarrage et donc en quête de bureaux. Toutefois, l'écoulement de stocks de plateaux de bureaux s'effectue lentement. Le nombre de m2 finis loués entre février et novembre 1997 s'est élevé à 19.100 avec une augmentation de 7%, alors qu'il était de 17.800 entre février et mars 1997 avec une progression de 324%.
    Plus encore, le nombre de surfaces finies et non finies louées a régressé vers la fin de l'année dernière. Résultat: le délai de stock des surfaces finies s'est rallongé de 64%, alors qu'il était en baisse de -83% au début de l'année.
    Quant aux logements, un réel engouement pour la location est constaté. La baisse des prix de l'immobilier y est pour beaucoup.
    Ce sont en fait 29.000 m2 finis qui ont fait l'objet de location durant la période s'étalant entre février et novembre 1997 contre 11.000 seulement pour la période comprise entre mars 1996 et février 1997.
    Le délai de stock des surfaces finies et non finies destinées à la location a donc baissé de 68% en novembre dernier, sachant qu'il s'élevait à 108% en début d'année. Le délai des stocks des surfaces finies, à lui seul, a reculé de 68%. La diminution du stock de logements à louer est due en partie à la reconversion des logements en plateaux de bureaux. Les entrepreneurs préfèrent s'installer dans des quartiers résidentiels où les prix sont moins élevés. Economie oblige.

    Rafik IKRAM

    (1) Voir L'Economiste n°316.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc