×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Gestion de la qualité alimentaire: L'expérience canadienne en exemple

    De notre correspondante à Agadir, Malika ALAMI

    Par L'Economiste | Edition N°:636 Le 11/11/1999 | Partager



    · Le projet est mis en place par le Ministère de l'Agriculture en coopération avec le gouvernement canadien
    · Il sera implanté dans un premier temps dans 18 entreprises du secteur de la pêche à Agadir
    · Par la suite, il sera étendu à toutes les unités agro-alimentaires


    A un moment où on ne parle que d'hygiène alimentaire, le Programme de Gestion de la Qualité (PGQ) en cours se trouve entièrement justifié.
    Lancé en collaboration avec le gouvernement canadien, ce projet sera mis en application dans 18 entreprises de transformation des produits de la mer. Celles-ci sont particulièrement situées dans la région d'Agadir. Il est à rappeler que le PGQ a fait l'objet au préalable d'une entente maroco-canadienne au mois de février dernier. Cet accord a été signé notamment du côté marocain par M. Habib El Malki, ministre de l'Agriculture, du Développement Rural et des Pêches Maritimes et du côté canadien par Mme Diane Marleau, ministre de la Coopération Internationale et de la Francophonie. Il s'inscrit dans le cadre du PFDSP (Programme du Fonds de Développement du Secteur Privé au Maroc).
    Pour mener à terme toute cette opération, des consultants canadiens veillent à la réalisation du projet-pilote. Ils permettront le transfert du savoir-faire canadien en matière de gestion de la qualité dans le domaine des produits marocains de la mer. De même, ils auront pour mission d'initier et former six cabinets conseil marocains à la mise en place du PGQ. Ces institutions, une fois imprégnées de l'expérience canadienne, proposeront leur expertise à toutes les autres entreprises de l'agro-alimentaire.
    Basé sur le système HACCP (Hazard Analysis Critical Control Points), (voir encadré), ce programme vise à donner un nouveau visage au contrôle qualitatif au sein des entreprises de l'agro-alimentaire.
    L'approche actuelle de celui-ci se limite aux produits finis et s'intéresse beaucoup plus à la sanction qu'au suivi de la qualité. Avec la mise en place d'un PGQ national qui sera opérationnel dans 24 mois, opérateurs, consultants et administrations travailleront en partenariat. L'Administration jouera le rôle d'auditeur du système d'assurance-qualité et la responsabilité au niveau de tous les maillons de la chaîne incombera aux producteurs. L'objectif final est de passer du contrôle à l'auto-contrôle et instaurer à terme dans le secteur de l'agro-alimentaire une nouvelle culture de la qualité. Celle-ci, s'appuie particulièrement sur la compétence des industriels. Ceux-ci en fonction des risques spécifiques de leur propre production, mettront en place les moyens pour sa prévention et sa maîtrise.


    Qu'est-ce que le système HACCP?


    Le système Hazard Analysis Critical Control Points est un outil permettant de mettre en place un système de contrôle qui repose sur des bases scientifiques. Son approche est à la fois préventive et curative. Il est reconnu à l'échelle mondiale, notamment par la FAO et l'OMS. Son application systématique permet d'assurer l'uniformité des programmes de salubrité des aliments dans tous les groupes de produits, ce qui implique non seulement la rationalisation des programmes de contrôle, mais aussi la simplification des interventions gouvernementales et la réduction des coûts associés au contrôle. Selon le principe HACCP, tout employé doit pouvoir agir à son niveau, sur une ligne de production, pour apporter le correctif nécessaire et immédiat quand un problème est enregistré. C'est donc un élément responsable de la chaîne et non un simple exécutant.

    Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc