×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Projet de budget 2014
Emploi: Priorité à la relance du dialogue social

Par L'Economiste | Edition N°:4148 Le 11/11/2013 | Partager
Le budget du ministère devant la commission des secteurs sociaux
Elargissement de la couverture sociale aux métiers organisés et aux étudiants
La réforme de l’Anapec au niveau de la gouvernance et de son extension aux non-diplômés

«Le dialogue social doit être parfaitement institutionnalisé, avec des ordres du jour précis et élaborés en commun accord entre le gouvernement et les partenaires sociaux», a souligné Abdeslam Seddiki, ministre de l’Emploi et des Affaires sociales

Elargissement de la couverture sociale aux métiers organisés et aux étudiantsDès son installation à la tête du ministère de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki a entrepris une série de contacts auprès des partenaires sociaux. Ainsi, il s’est rendu à la CGEM pour une réunion avec la présidente Miriem Bensalah-Chaqroun. Le nouveau ministre a également rencontré les responsables des syndicats comme l’UMT, l’UGTM, la FDT, la CDT. Il n’a pas pu encore se réunir avec l’état-major de l’UNMT, bras syndical du PJD, pour des raisons de calendrier. Cette initiative vise à montrer sa disponibilité à relancer le dialogue social, selon une approche participative. Selon lui, ce dialogue, qui implique des droits et des devoirs, doit respecter des règles. En effet, il doit être «parfaitement institutionnalisé, avec des ordres du jour précis et élaborés en commun accord entre le gouvernement et les partenaires sociaux», a souligné le ministre de l’Emploi et des Affaires sociales. Sur son bureau, la reprise de l’accord d’avril 2011 pour en dresser le bilan, voir ce qui a été fait et ce qui reste à mettre en œuvre.

Implication des partenaires sociaux

Pour Abdeslam Seddiki, qui a présenté vendredi dernier le budget de son département devant les députés de la commission des secteurs sociaux, la relance doit se réaliser à travers l’implication positive des partenaires sociaux pour la promotion de l’emploi décent et des conditions pour la redynamisation des investissements.
Cependant, l’urgence du ministère est l’élargissement de la couverture sociale. Tous les métiers organisés (transporteurs, professions libérales,…) et les étudiants doivent en bénéficier. L’autre priorité de Abdeslam Seddiki est de rendre effective l’indemnité pour perte d’emploi. Un projet de loi se prépare en collaboration avec la CNSS. En plus, le ministère prévoit de mettre en place un dispositif pour combattre l’emploi des enfants.
Autre priorité, la réforme de l’Anapec qui se fera à trois niveaux. Le premier vise une extension horizontale pour couvrir l’ensemble du territoire tout en intensifiant le réseau. La deuxième extension est verticale et prévoit d’élargir les services de l’Anapec aux non-diplômés. Le ministère prévoit le lancement d’une expérience pilote dans ce sens. Dernier niveau, la gouvernance de cette agence qui devra être revue.
Lors de son exposé, le ministre est revenu sur le projet de création de l’Observatoire de l’emploi qui figure dans le plan d’action de 2014. Un dossier qui traîne depuis des années. Aussi compte-t-il procéder par étape. Dans un premier temps, il s’agira de créer une structure au niveau du ministère, qui sera chargée de suivre l’évolution des indicateurs du marché du travail.
Dans un deuxième temps, il sera question de renforcer cette initiative pour qu’elle puisse réaliser des analyses et des études prospectives dans le domaine du travail. En attendant, il faudra convaincre la CGEM qui ne semble pas favorable à ce que cet observatoire soit logé au niveau du ministère de l’Emploi, comme l’a souligné un député.

Liberté syndicale, grève, mutualité…

Le ministre a également évoqué les projets de loi qui seront soumis au dialogue social comme celui sur les syndicats et un autre sur les grèves. Le projet de code sur la mutualité est actuellement au niveau du Conseil économique, social et environnemental, après avoir été examiné par la Chambre des conseillers. Le ministère compte poursuivre le travail pour l’adoption de la convention internationale 87 relative aux libertés syndicales. «La convention sur les libertés syndicales n’a jamais été ratifiée par le Maroc. Elle comprend deux clauses qui posent problème. En effet, les magistrats et les militaires ne sont pas syndiqués. Surtout que la Convention, qui ne permet pas de faire des réserves, est à prendre ou à laisser», a noté Abdeslam Seddiki.
Lors de la commission des secteurs productifs, le ministre a présenté un bilan des opérations de contrôle effectuées dans les secteurs du commerce, de l’industrie et des services. Ainsi, pour les services, 20.000 visites ont été effectuées lors de la première moitié de cette année contre 13.467 au cours de la même période de l’année dernière, soit une progression de 33%. Des actions similaires ont été appliquées au domaine agricole où 528 visites ont été menées au cours des 6 premiers mois de l’année contre 722 au cours de la même période de l’année dernière, soit une baisse de 37%.

Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc