×
+ L'ÉDITO
Par Mohamed CHAOUI
Le 21/01/2022
Open

Si la mise en scène et le décor de l’émission avec le chef du gouvernement étaient austères, il en...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter
Edition N° 4863 | Le 26/09/2016
Ahmad Al Faqi Al Mahdi entre dans l’histoire par la mauvaise porte. Ce Malien âgé de 40 ans est le premier accusé à comparaître devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre à cause de destruction de patrimoine culturel. Un verdict historique est attendu mardi 27 septembre à la Haye. La Cour, présidée par Raul C. Pangalangan, devra juger l’ex-membre du groupe terroriste Ansar...
Edition N° 4862 | Le 23/09/2016
 Le Parlement a clôturé ses travaux en  adoptant plusieurs textes. Celui de la médecine légale n’en fait pas partie (Ph.Bziouat) Dans la médecine légale, il existe une autre population de praticiens bien plus nombreuse: les médecins des bureaux d’hygiène qui relèvent des morgues municipales. Contrairement aux médecins légistes qui exercent dans des hôpitaux universitaires, ce ne sont pas des...
Edition N° 4862 | Le 23/09/2016
Les tarifs des autopsies sont fixés par la loi réglementant les frais de justice en matière pénale publiée au Bulletin officiel du 18 février 1987 (version française). Un praticien, «régulièrement requis ou commis» d’office par la justice, reçoit ses honoraires qui englobent l’examen de la dépouille, la rédaction et le dépôt du rapport au tribunal (Ph. L’Economiste) N’importe qui peut s’...
Edition N° 4862 | Le 23/09/2016
Avec un nombre si faible de spécialistes, il y «a forcément de la jeunesse» dans les blocs opératoires: 13 médecins légistes pour 34 millions d’habitants! Le Pr Hicham Benyaich nous accueille aimablement à l’Institut médico-légal de Casablanca en cette fin de matinée de mi-septembre 2016 (voir page 24). Ce médecin fils de juge a toujours ressenti «une fascination pour le monde du droit» et la...
Edition N° 4862 | Le 23/09/2016
Un sous-dossier dans le dossier. Les enquêtes engagées par le Conseil national des droits de l’homme pour l’indemnisation des victimes ou des ayants droit des années de plomb ont révélé une carence de moyens humains et matériels dans la médecine légale (Ph. FF) L’odeur de la mort vous prend à la gorge! La morgue du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Casablanca accueille en moyenne...
Edition N° 4855 | Le 14/09/2016
Le précieux fonds documentaire de l’Instance équité et réconciliation (IER) et du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) nous a beaucoup aidés dans ce travail. Exemple: le beau livre sur «L’enfermement, le partage: Lieux de mémoires». Publié par le CNDH en 2015 et financé par l’UE via le programme IER 2 pour l’histoire, la mémoire et les archives. Trois historiens, Mustapha Bouaziz...
Edition N° 4855 | Le 14/09/2016
  La célébration de la mémoire des victimes de 1981 est le fruit d’un long et minutieux travail de terrain (voir page 17). Début des années 2000, l’Instance équité et réconciliation (IER) enquête dans les morgues de Ain Chock, les Centres hospitaliers d’Ibn Rochd et de Sidi Othmane, épluche les registres des cimetières de Casablanca et constate finalement que les corps ont été transportés à...
Edition N° 4855 | Le 14/09/2016
Recueillement au cimetière des événements du 20 juin 1981 inauguré lundi 5 septembre à Casablanca. Le communiqué du CNDH évoque «une inauguration officielle» à laquelle ont participé le président du Conseil, Driss El Yazami, son SG, Mohamed Essabbar, et le délégué interministériel aux droits de l'Homme, Mahjoub El Hiba. Aucun membre du gouvernement Benkirane. Les élections législatives...
Edition N° 4855 | Le 14/09/2016
Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et la Société marocaine de médecine légale ont signé le 5 septembre à Casablanca une convention de partenariat. Le CNDH va former les médecins légistes en droits humains... Les médecins légistes vont participer plutôt à visiter prisons et lieux de privation de liberté comme les commissariats, réaliser des investigations médico-légales pour d’...
Edition N° 4852 | Le 07/09/2016
Les trois opérateurs télécoms avaient initialement réclamé des montants plus importants: 160 millions de DH pour Maroc Telecom, 122 millions de DH pour Méditel et 304 millions de DH pour Wana. L’expertise judiciaire a finalement revu à la baisse les dédommagements exigés 308 millions de DH! C’est le montant du dommage matériel fixé par l’expertise judiciaire ordonnée dans le cadre de l’...