×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Trafic maritime : Le port de Marseille courtise les Marocains

    Par L'Economiste | Edition N°:164 Le 26/01/1995 | Partager

    "Nous reconnaissons nos amis dans le besoin", ont déclaré les responsables du port marseillais. Une forte délégation du PAM (Port Autonome de Marseille) est venue au Maroc promouvoir le port provençal, mais aussi remercier ceux qui lui sont restés fidèles malgré les troubles sociaux.

    Un nouveau régime de paix sociale a été instauré au port de Marseille après les tensions dues aux grèves des ouvriers qu'a connues le premier port méditerranéen et troisième port du monde. Ce pacte, dont la plus grande caractéristique est de ne plus recourir à la grève comme moyen de pression, est en quelque sorte une "garantie pour les chargeurs et exportateurs, aussi bien français que marocains", a souligné M. Patrick Berrest, président de Marseille Europort, lors de la réunion d'information du 24 janvier organisée à Casablanca. Marseille Europort est une association de promotion du port de Marseille, qui regroupe le port autonome de Marseille, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille-Provence et l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos).

    M. Berrest a ajouté qu'un effort a été fait au niveau de toutes les professions maritimes de Marseille pour permettre un regain du volume général des marchandises. Il souhaite par ailleurs que le Maroc soit le plus grand participant à ce regain de trafic. Concernant les tarifs, les responsables du port marseillais reconnaissaient qu'ils sont restés figés ces dernières années, mais ils estiment qu'un simple gel de ceux-ci est déjà un effort en soi. D'autre part il est prévu la création d'une zone euro-méditerranéenne au port de Marseille où devraient s'implanter les sociétés de négoce internationales, y compris marocaines. Le Maroc considéré par les promoteurs du port marseillais comme "petit dragon maghrébin" intéresse la France à juste titre. En effet, 52% des exportations marocaines vers l'Europe sont destinées au marché français, alors que 44% des importations marocaines d'Europe proviennent de France.

    Le port de Marseille attire un tiers de ce trafic. En particulier, 600.000 à 730.000 tonnes (hydrocarbures non compris) s'échangent annuellement entre le Maroc et la France via Marseille. Les 344.000 tonnes d'exportations marocaines sont constituées principalement de fruits et légumes à hauteur de 20% (entre 100.000 et 160.000 tonnes suivant la saison). Les engrais représentent 80.000 à 90.000 tonnes et les produits alimentaires et textiles 80.000 à 100.000 tonnes. Quant aux exportations françaises (vers le Maroc) transitant par le port de Marseille, elles atteignant 100.000 à 120.000 tonnes de produits manufacturés, 50.000 tonnes de produits chimiques et 200.000 tonnes de produits métallurgiques. Le potentiel global de ce trafic pourrait être augmenté, ont souligné les responsables du port marseillais. Estimations pas du tout optimistes si l'on considère la déclaration de M. Berrest: "les liens ont toujours été maintenus avec nos amis marocains, qui savent faire face avec nous aux épreuves".

    En 1993, le trafic global du port de Marseille a atteint 88,6 millions de tonnes, dont 1,25 million de tonnes de soutage pétrolier, 10,68 pour les vracs solides, 3,01 pour les vracs liquides, 63,47 pour les hydrocarbures et 10,16 pour les marchandises diverses (dont 4,74 par conteneurs). Par conditionnement, le trafic par conteneur a atteint 4,736 millions de tonnes (progression de 46,6%), 2,685 millions pour le transport Ro-Ro (+26,45) et 2,735 millions de tonnes pour les autres types de conditionnement.

    Les services maritimes sont globalement restés stables: 102 par navires conteneurs, 70 par navires transbordeurs, 9 par car-ferries et 16 par navires conventionnels.

    Quant aux investissements de l'année 1994, ils auraient concerné principalement l'engagement d'une deuxième tranche d'adaptation du terminal à conteneurs Fos, l'aménagement des zones d'accueil des activités de distribution et le renouvellement des outils de déchargement du terminal sucrier. A ce niveau, M. Berrest a déclaré que "les ports qui réussissent sont ceux qui érigent de véritables zones de distribution".

    Enfin, pour le trafic "fruits et légumes", le port de Marseille, déjà doté de 13 postes à quai et de 6 hangars spécialisés offrant une superficie de 46.000 m2 et un volume de 280.000 m3 de halles sous température dirigée, s'est enrichi de l'agencement de huit quais de chargement pour camions et de hangars pour les opérations de groupage. Ces nouveaux aménagements doteraient le port de Marseille d'une capacité d'accueil d'un million de tonnes de fruits et primeurs.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc