×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    RMA-WATANIYA: La fusion juridique entérinée

    Par L'Economiste | Edition N°:1909 Le 03/12/2004 | Partager

    . Le Conseil d’administration réuni jeudi approuve le rapprochement. Naissance d’un géant qui accélérera la restructuration du secteur. La compagnie se dote d’une nouvelle identité visuelleRMA et Al Wataniya sont dans les temps. Jeudi 2 décembre, le Conseil d’administration du nouvel ensemble, baptisé RMA-Wataniya, s’est réuni dans la matinée pour entériner, entre autres, les aspects opérationnels et organisationnels de rapprochement et approuver la fusion juridique. Saâd Bendidi, PDG de la nouvelle entité, avait confié à L’Economiste, en décembre 2003, que cette fusion juridique interviendrait, selon le calendrier initial, avant fin décembre 2004. Une conférence de presse est annoncée pour mardi 7 décembre pour présenter les détails de la fusion. Le mariage physique, big-bang dans le secteur des assurances, a déjà été officialisé lors d’une réunion tenue entre les effectifs des deux structures, le vendredi 12 décembre 2003, et Othmane Benjelloun, PDG de Finance.com (voir l’édition de L’Economiste du 16 décembre 2003). Cela fait donc un peu moins d’une année que les équipes des deux structures sont au labeur pour donner naissance au premier groupe d’assurances du pays. Une institution massive dont la base financière et le positionnement stratégique changeront certainement la donne du métier. RMA-Wataniya pèse en effet près de 23% de parts de marché avec environ 2,8 milliards de DH de chiffre d’affaires (primes émises). La compagnie compte sur plus de 4,5 milliards de fonds propres. De même qu’elle gère près de 16 milliards de placements et produira annuellement un résultat net de plus de 500 millions (chiffres préliminaires arrêtés à fin 2003). Cette nouvelle structure peut également compter sur près de 1,5 million de clients, directs et indirects, et environ une centaine d’agents et courtiers en assurances à travers le pays. Pour 2005 encore, l’entreprise projette d’agréer une dizaine d’agents directs. Cela à l’approche des examens d’octroi des agréments par le ministère des Finances, juste après la sortie des arrêtés du code des assurances, avant fin décembre. Les opérateurs ont pris conscience des implications dans le secteur de cette mégafusion et beaucoup d’entre eux s’engagent dans des projets de développement ou de cession de leurs structures. Comme c’est le cas pour le groupe Holmarcom qui projetterait de fusionner ses deux compagnies Sanad et Atlanta. Pareillement pour la BCP et la CDG qui se prépareraient également à reprendre le contrôle de la CNIA. Tout cela devrait accélérer la restructuration du secteur, pour préparer l’ouverture de l’économie nationale en prévision de l’entrée en vigueur des accords de libre-échange. Mais également à court terme pour mieux servir les assurés. Les autorités de tutelle, pour leur part, voient d’un bon œil la mutation qui se prépare. Le ministère des Finances se penche même sur l’évaluation des opportunités de tel ou tel rapprochement, sur demande de quelques opérateurs et actionnaires de compagnies d’assurances, pour pouvoir se prononcer sur les projets en cours. Pour RMA-Wataniya, le projet a déjà reçu la bénédiction des pouvoirs publics depuis plus d’une année. Les aspects opérationnels et organisationnels du nouvel ensemble sont en cours d’exécution. Le traité de fusion a été déjà déposé dans ce sens chez le greffe du tribunal de Casablanca. La nouvelle organisation et l’organigramme cibles ont été ainsi mis en place dès fin décembre 2003. Saâd Bendidi est PDG de l’ensemble. Les lignes de métiers sont regroupées en trois pôles: Distribution; Prestations, Technique et Développement; Finances et Support.Les deux structures en cours de fusion évoluent sur des lignes de métiers et des types de clientèles très complémentaires. Ce qui ne devrait pas poser de grands problèmes pour rapprocher rapidement le tout. Dans un premier temps, les systèmes d’informations des deux compagnies ont été maintenus, avec la mise en place d’interfaces de transition pour assurer la remontée et la consolidation de l’information. L’investissement dans une nouvelle plate-forme informatique ainsi que la mise en place d’un schéma procédural unique ne se feront qu’en phase finale de rapprochement, vers fin 2005. Mais dès janvier prochain, les produits et le réseau des agents des deux compagnies vont être unifiés. Parallèlement, un comité de rapprochement travaille en étroite collaboration avec les intermédiaires pour redéfinir les relations financières et commerciales afin d’éviter qu’elles ne soient chamboulées. Le risque est en effet grand de voir la qualité des services rendus aux assurés se détériorer durant la période de fusion. La nouvelle identité visuelle a été présentée aux personnel, actionnaires et intermédiaires de la compagnie. Elle sera divulguée le 9 décembre au marché. Bouchaïb EL YAFI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc