×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Safi: Un plan de circulation pour la ville

    Par L'Economiste | Edition N°:1909 Le 03/12/2004 | Partager

    . Il permettra une meilleure fluidité du trafic . Mesures pour assurer une bonne gestion de l’espaceLa ville de Safi veut se doter d’un plan de circulation. Un rapport préliminaire sur la situation actuelle a été établi par les services de la Sûreté provinciale de Safi à cet effet et afin de permettre une meilleure fluidité du trafic urbain au sein de la ville.Le plan de circulation doit permettre une optimisation des infrastructures déjà existantes et une organisation judicieuse des différents modes de transport avec une priorité aux transports en commun. Il doit également assurer une meilleure répartition du trafic urbain, une offre de stationnement adaptée à la demande réelle (Quartier Plateau, Place Ibn Sina, Place Bir Anzarane et Rouxi) et une amélioration de la qualité de l’environnement et de la sécurité des usagers de la voie publique (Bd Mohammed V, Bd Driss Bennasser). “Safi connaît actuellement de grands problèmes de congestion de la circulation, de stationnement, de sécurité routière et d’environnement”, souligne le chef du corps urbain. En effet, la superficie de la ville ne cesse de s’étendre pour atteindre 64 km2. L’évolution rapide qui a marqué la ville pendant les deux dernières décennies sur les plans démographique, économique et spatial, ainsi que les perspectives de son développement ont suscité des efforts considérables en vue d’assurer une meilleure gestion de l’espace, un bon fonctionnement de la ville et le bien-être de sa population.Selon le rapport du chef du corps urbain, les modes de déplacements motorisés les plus utilisés sont principalement le bus, comme moyen de transport en commun, la voiture particulière, les deux roues et la charrette quoiqu’elle soit interdite de circulation par l’autorité locale. Malgré un taux de motorisation encore faible en comparaison avec d’autres métropoles de la même taille, les problèmes de circulation se font ressentir, en particulier au centre-ville (quartier Plateau), délimité par la rocade des boulevards Hassan II et Moulay Youssef. Les Safiots souffrent, notamment sur les principales voies pénétrantes vers le centre et dans les zones de concentration forte en emplois et activités commerciales. “Ces problèmes engendrent des pertes énormes de temps pour les usagers, une consommation excessive d’énergie, un taux élevé d’accidents et de pollution et un malaise général pour la population”, souligne le chef du corps urbain.Mohamed AKISRA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc