×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La grève des petits taxis de Rabat annulée

    Par L'Economiste | Edition N°:756 Le 27/04/2000 | Partager

    . Le syndicat des petits taxis de Rabat-Témara a arrêté in extremiste la grève prévue hier

    LA décision des chauffeurs de petits taxis de Rabat de mener une grève, hier 27 avril, a été annulée de la même manière qu'elle a été prise: sur un coup de tête. Le secrétaire général du Bureau syndical des petits taxis (Rabat-Témara) affilié à l'UGTM, M. Mohamed Sbaï a rencontré des responsables de la Wilaya la veille de la grève. Plus tard dans la nuit, il s'est rendu à «la pompe Lamsarni», plaque tournante des taxis de Rabat, pour annoncer l'annulation et les « résultats du dialogue». Une série de promesses, les mêmes que celles données par la Wilaya il y a quelques mois à l'ensemble des syndicats. Une aubaine pour M. Sbaï qui, paraît-il, était amené à décréter la grève sous la pression de la base, visiblement mécontente de la situation de la profession à Rabat.
    Que revendiquent les syndicats? Trois points essentiellement. D'abord, mettre fin à la concurrence illégale des grands taxis. Ces derniers ne se contentent plus du transport interurbain entre les villes de la Willaya. Ils sillonnent les artères de la capitale et offrent leurs services bon marché. Les agents de la sûreté ont reçu les ordres de «sanctionner sévèrement» les grands taxis qui s'adonnent au transport clandestin au sein du périmètre urbain. C'est une note du Service Economique et Social (SES) de la Willaya de Rabat qui le précise.
    Deuxième point, le taximètre. Les petits taxis de Rabat travaillent sans tarification fixe depuis 1984. Ce qui a favorisé le trucage des compteurs. «Cette mesure est plus une revendication des autorités que des syndicats», affirme un responsable au SES. «C'est une pure surenchère à laquelle se livrent les chauffeurs de taxi pour donner plus de poids à leurs revendications», estime-t-il. «Absolument pas», rétorque M. Sbaï arguant que «cette mesure est à même de redonner confiance à la clientèle qui s'est détournée des taxis à cause de l'opacité de la tarification». L'entrée en vigueur de la nouvelle «métrologie légale» est prévue pour les premiers jours de mai selon le SES de la Willaya de Rabat. Le prix de départ sera de 1,40 DH et celui de la chute de 20 centimes tous les cent mètres.

    Omar MAKHFI






    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc