×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    La directive Bolkestein sera revue en profondeur

    Par L'Economiste | Edition N°:1985 Le 24/03/2005 | Partager

    . La rédaction actuelle du projet ne répond pas aux exigencesLes dirigeants de l'Union européenne sont tombés d'accord mardi 22 mars lors d'un sommet à Bruxelles pour revoir en profondeur la directive Bolkestein, qui suscite la controverse et est agitée comme un chiffon rouge en France par les partisans du “non” à la Constitution européenne. Par ailleurs, ils ont entériné l'accord conclu dimanche par leurs ministres des Finances pour assouplir de manière significative le pacte de stabilité encadrant les politiques budgétaires des pays de l'UE. “Des modifications seront apportées” au projet de la directive sur la libéralisation des services, «qui prennent en compte notre souci de maintenir le modèle social européen”, a déclaré lors d'une conférence de presse le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président en exercice de l'Union, à l'issue de la première séance de travail des chefs d'Etats et de gouvernement, réunis en sommet jusqu'à mercredi 23 mars. Les dirigeants européens sont “tombés d'accord pour dire que le marché intérieur des services doit devenir pleinement opérationnel tout en préservant le modèle social européen”, a souligné de son côté le Premier ministre belge Guy Verhofstadt. “A la lumière du débat en cours, le Conseil européen dit que la rédaction actuelle du projet ne répond pas à ces exigences«, a-t-il souligné. Le président de la Commission européenne, José Manuel Durao Barroso, qui a hérité d'un texte émanant de l'ancienne Commission de Romano Prodi, a promis de prendre en compte les inquiétudes. La directive Bolkestein, du nom de l'ancien commissaire au marché intérieur Frits Bolkestein (Pays-Bas), prévoit qu'un prestataire de services opérant dans plusieurs Etats membres de l'UE relève, sous certaines conditions, de la législation de son pays d'origine. Ce principe dit du pays d'origine alimente dans certains pays (France, Allemagne, Belgique, Suède, Danemark) les craintes d'un nivellement social par le bas. En France notamment, la polémique a enflammé la précampagne pour le référendum du 29 mai sur la ratification de la Constitution européenne, où les derniers sondages donnent le “non” vainqueur. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc