×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    ONU: Une décennie d’actions pour un accès universel à l’eau

    Par L'Economiste | Edition N°:1985 Le 24/03/2005 | Partager

    . Le manque d’eau est responsable de près de 1,6 million de décès dans le mondeL’Onu a lancé mardi 22 mars une décennie internationale d’actions intitulée «L’eau pour la vie», destinée à galvaniser les énergies pour assurer l’accès du plus grand nombre à l’eau. «C’est une question urgente pour le développement et la dignité humaine», a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, dans un message accompagnant le lancement de cette action. «Ensemble, nous pouvons parvenir à fournir de l’eau de bonne qualité à tous les habitants de la Terre». Réduire de moitié d’ici à 2015 le nombre de personnes vivant sans accès à l’eau potable et à des installations sanitaires décentes est l’un des objectifs de développement du millénaire (ODM), auxquels les dirigeants mondiaux ont souscrit en 2000. Pour y parvenir, la communauté mondiale fait face à «un Niagara de défis», a indiqué de son côté le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), dans un communiqué. Plus de 4.000 enfants meurent chaque année dans le monde de maladies contractées par l’intermédiaire de l’eau, 400 millions de jeunes ne disposent pas de quantités suffisantes d’eau pure nécessaire à leur croissance et 2,6 milliards de personnes n’ont pas d’installations sanitaires de base, selon l’Unicef. Le manque d’eau est responsable d’au moins 1,6 million des quelque 11 millions de décès «évitables» d’enfants chaque année. Trois enfants meurent chaque minute de causes liées à l’eau, comme la diarrhée et la typhoïde, indique encore l’Unicef. En Afrique subsaharienne, où un enfant sur cinq n’atteint pas l’âge de cinq ans, 43% des enfants boivent de l’eau impure. «Beaucoup trop de gens meurent en conséquence de notre inertie et leur mort survient dans un silence assourdissant», a déclaré la directrice de l’Unicef, Carol Bellamy. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc