×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

France: la guerre au marketing direct

Par L'Economiste | Edition N°:21 Le 19/03/1992 | Partager

Le débat sur le marketing direct en France commence. Deux associations de consommateurs ont lancé une opération pour limiter l'envoi de publipostage, les Français recevant en moyenne cinquante-deux mailings et quatre fois plus de prospectus.
Pour mener leur action, dont le thème est "PVB NON MERCI" et couper court au mécontentement des foyers qui en ont "assez de voir quotidiennement leur boîte aux lettres remplie de prospectus", de mailings et de tracts, les associations en question s'appuient sur la loi 6 Janvier 1978 (Informatique et liberté) "qui permet au citoyen de s'opposer à ce que l'on fasse circuler son adresse de fichier en fichier".
S'alignant ainsi sur les Allemands qui ont lancé leur action voilà cinq ans en opposant un autocollant, sur la boîte aux lettres des personnes le désirant, indiquant qu'elles refusent la publicité directe, les Français prévoient deux solutions: soit d'appliquer l'article R10-1 du Code des Postes et Télécommunications qui précise que les abonnés "peuvent demander gratuitement à ne pas figurer sur les listes extraites des annuaires", soit figurer dans le fichier "Stop Publicité" géré depuis 1983 par l'Union Française du Marketing direct (UFMD) et dénommée "Liste Robinson" par celle-ci.
En gérant cette liste, diffusée à tous les adhérents de l'UFMD, les professionnels du marketing direct s'engagent à ne pas envahir de courriers publicitaires les boîtes aux lettres des personnes ayant adressé à l'Union une demande de "non agression".
Le lancement de cette campagne porte à croire qu'elle va frapper de plein fouet le publipostage, un secteur en progression (+7% de 1990 à 1991). Il n'en est rien puisque "tout ce qui permet de cibler nos envois nous intéresse" explique-t-on à l'UFMD. De plus, la profession doit s'autodiscipliner si l'on ne veut pas que le législateur intervienne souligne Xavier Romatet de Directing, une agence de communication directe.
Ce que l'on ignore encore, ce sont les mesures répressives qui seront prises contre les sociétés qui outrepassent l'interdiction.
En Allemagne, où les entreprises ont investi en 1991 58 milliards de Francs dans ce genre de communication malgré les associations de consommateurs peut engager une action en justice.
Depuis le lancement de l'opération, la Verbaucherschutzverein, une association de consommateurs, a déjà engagé une cinquantaine d'actions, dont dix ont abouti à un procès, contre des expéditeurs récidivistes.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc