×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Ambiance et commerce à Mohammédia

    Par L'Economiste | Edition N°:291 Le 31/07/1997 | Partager

    Les habitants et les visiteurs de la ville balnéaire ont adopté sa semaine culturelle. Dix jours durant, les festivaliers ont dansé, joué. La pelouse du Parc n'a jamais été piétinée autant.


    Les plus sages écoutent la musique, se baladent sur la pelouse ou achètent des produits artisanaux. Les amateurs de sensations fortes n'ont d'yeux que pour le mur de la mort et les plus intéressés ne quittent pas les stands des jeux d'adresse ou de hasard où l'on gagne une canette de limonade ou un ustensile de cuisine. Quant aux amoureux des armes à feu, ils passent de longues minutes à tirer sur des morceaux de craies ou des petites poupées avec des carabines qui ont la fâcheuse habitude de n'atteindre la cible que si le tireur vise mal. L'ambiance est sympathique.
    La semaine culturelle de Moham-média est entrée dans les moeurs de cette ville côtière qui tire grand profit du tourisme national. La quinzième édition de ce festival s'est déroulée du 19 au 27 juillet et a remporté un grand succès si l'on en juge par le nombre des visiteurs, 10.000 par jour selon les estimations du service économique et social de la préfecture.
    La semaine culturelle de Moham-média, qui est organisée par la Pré-fecture en collaboration avec le Conseil municipal qui a participé à hauteur de 150.000 Dirhams et la Chambre de Commerce et d'In-dustrie locale, est en fait un ensemble de manifestations comprenant une exposition de produits industriels ou artisanaux fabriqués dans la ville, une fête foraine, un spectacle musical nocturne, des compétitions de beach-volley et des courses de garçons de cafés, un spectacle à la mode ces derniers temps.

    Les exposants étaient au nombre de 61, selon M. Aït Mansour, le chef de la Division Economique et So-ciale de la Préfecture de Moham-média (56 pour la chambre de commerce).
    Les sociétés industrielles et commerciales ainsi que les artisans, au nombre de 49, ont fait de l'exposition-vente alors que 12 autres entreprises n'étaient intéres-sées que par l'exposition et la présentation de leurs produits. Selon M. Mostafa Ablal du service Re-lations Internationales et Mise en Relation de la Chambre de Com-merce, les exposants représentaient des entreprises publiques telles que l'ODEP, l'ONE ou l'ERAC-Centre et des entreprises privées, telles ICOMA (secteur textile), TAM, Surgel Star et Sapac (secteur agro-alimentaire), Le secteur de la chimie était représenté par le groupe Ouasmine (Métagreb, gaz) et par Sodipi (carburant). Le secteur de l'électroménager était représenté par la société Pechiney MMA. Dans les services, il y a eu surtout des écoles venues profiter de l'occasion pour recruter de nouveaux étudiants.

    Comme la ville veut toujours rester verte, elle a organisé pour la même occasion une exposition de plantes à laquelle ont participé plusieurs pépinières et sociétés de commercialisation.
    La foule brassée par le festival a été une aubaine pour les entreprises exposantes qui ont fait de bonnes affaires, à tel point qu'elles ont demandé la prolongation du festival, chose que la Préfecture ne pouvait accorder à cause des problèmes de sécurité qui mobilisent plusieurs dizaines de personnes, explique M. Aït Mansour. Les exposants ont dû trouver un bon filon puisqu'ils n'ont pas payé moins de 4.000 Dirhams pour un stand de 9 mètres carrés, 6.000 Dirhams pour 16 mètres carrés et 12.000 pour 32 mètres carrés.
    L'intérêt de la semaine culturelle est d'autant plus manifeste que les habitants sont en mal d'animation, surtout le soir. La place du parc commence à se remplir de festivaliers dès la fin de l'après-midi pour ne désemplir que vers 2 ou 3 heures du matin.

    Hakim ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc