Economie

Développement durable: Une manne pour l’assurance aussi

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5163 Le 07/12/2017 | Partager
L’Acaps assouplit les règles pour les projets labélisés développement durable
Mohamed Hassan Bensalah favorable à un écosystème
Couverture catastrophes naturelles: L’activation urge
developpement-durable-063.jpg

«Le secteur des assurances est très impacté par les problématiques liées aux changements climatiques comme en témoigne une sinistralité plus importante, le nombre de catastrophes naturelles dans le monde est passé d’une cinquantaine par an dans les années 70, à près de 170 au cours de la dernière décennie» (Ph. Bziouat)

Les compagnies d’assurances ont les yeux rivés sur l’assurance des catastrophes naturelles qui tarde à voir le jour alors que la loi a été adoptée depuis près d’une année. Elles attendent l’approbation des décrets d’application qui sont mis dans le circuit. Le ministère des Finances devra les transmettre au Secrétariat général du gouvernement pour accélérer la cadence.

L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) et la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurances (FMSAR) ont organisé hier une journée de réflexion sur l’assurance durable. Ce texte a plané sur cette rencontre. En effet, Mohamed Hassan Bensalah l’a soulevé dans son intervention.

« Notre pays va se doter dans les prochains mois d’un dispositif de couverture d’assurance obligatoire contre un certain nombre de périls liés aussi bien à des phénomènes naturels qu’aux agissements de l’homme », a-t-il annoncé. Pour le président de la FMSAR, « l’absence de couverture en la matière est malheureusement, dans de nombreux cas, la cause du basculement vers la précarité, voire vers la pauvreté absolue ».

Il interpelle ses pairs pour qu’ils n’oublient pas leurs « métiers sont en première ligne pour promouvoir les actions contribuant au développement durable ». La Fédération avait adhéré à la feuille de route Finance-climat mise en œuvre en novembre 2016 aux côtés des autres acteurs du marché financier lors de la COP22. Toutefois, « le secteur des assurances ne peut pas déployer entièrement sa feuille de route sans trouver en face les actifs nécessaires pour atteindre ses ambitions.

D’où l’intérêt de créer un écosystème avec l’implantation de l’ensemble de la chaîne qui constitue le secteur financier », a prévenu Mohamed Hassan Bensalah.  Deux conventions ont été signées à l’occasion de cette journée organisée conjointement avec l’UNEP des Nations Unies. 

L’une concerne l’admission des réserves de manière automatique lorsqu’il s’agit de projets qui entrent dans le cadre de la stratégie nationale de développement durable. Une manière de promouvoir l’investissement dans le secteur sans passer par l’ACAPS.

Ainsi, « le feu vert est donné pour tous les projets labélisés développement durable. Ce qui va inciter les compagnies à aller y investir », a souligné Hassan Boubrik. L’autre vise à ce que le secteur marocain de l’assurance intègre les principes édictés par les Nations unies.

Hassan Boubrik, le maître de cérémonie, a rappelé que le secteur des assurances est très impacté par les problématiques liées aux changements climatiques. Pour convaincre, il a évoqué le nombre grandissant de catastrophes naturelles dans le monde, qui est passé d’une cinquantaine par an dans les années 70, à près de 170 au cours de la dernière décennie.

C’est plus qu’un triplement, a-t-il précisé. Selon lui, les dommages assurés pour neutraliser les effets de pointe, sont passés de moins de 25 milliards de dollars au cours des années 80, à une fourchette entre 50 et 70 milliards au cours de la dernière décennie.

Les dommages économiques atteignent des montants plus importants. L’autre exemple cité par Hassan Boubrik est relatif aux « risques de dépréciation des actifs inscrits dans les bilans des compagnies, actifs dont l’empreinte carbone est très élevée ou qui peuvent causer des dommages à l’environnement ».

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc