International

Espagne: L’autonomie catalane menacée de plein fouet

Par Karim Agoumi | Edition N°:5131 Le 20/10/2017 | Partager
Le gouvernement du royaume entamera ce week-end le processus de suspension
Objectif: Contenir la répression et restaurer la légalité dans le pays
Des conséquences économiques et sociales drastiques pour la région
espagne-catlogne-mariano-rajoy-031.jpg

La Catalogne pourrait bel et bien se voir retirer son autonomie dans les jours qui viennent, suite à son refus de renoncer à la déclaration de son indépendance. Le chef de l’Etat espagnol Mariano Rajoy menace en effet d’avoir la mainmise sur la région. Une décision qui pourrait avoir des conséquences désastreuses aussi bien sur le plan social qu’économique pour les catalans (Ph. AFP)

La liberté d’action des dirigeants de la Catalogne est plus que jamais menacée. En effet, suite au refus du président catalan Carles Puigdemont de renoncer à déclarer l’indépendance, le gouvernement espagnol a officiellement décidé d’entamer la procédure visant à suspendre l’autonomie de la région. Un coup dur qui sauverait la stabilité du royaume mais entraînerait une véritable crise économique et sociale auprès des catalans. Explications.

Mariano Rajoy a déclaré que l’Etat activera dès le 21 octobre l’article 155 de la Constitution. Madrid prendra entièrement le contrôle de la Catalogne. Le gouvernement aura en effet la mainmise sur la police de la région mais également sur ses organes financiers.

Des technocrates pourraient également être mobilisés pour remplacer certains membres du gouvernement catalan. Un processus qui sera officiellement entamé à travers la tenue d’un conseil des ministres extraordinaire. Objectif: contenir la répression et restaurer la légalité sur le territoire.

Une décision qui entraînerait des conséquences drastiques pour la région catalane. Socialement tout d’abord, celle-ci est dotée d’une culture et d’une langue qui lui sont propres. La suspension de toute autonomie provoquerait ainsi de réels troubles identitaires pour ses habitants.

Par ailleurs, le processus anti-autonomie risquerait de ruiner le gouvernement catalan, dont les finances découlent de Madrid depuis septembre. A l’heure actuellement, plus de 800 entreprises, dont notamment les deux plus importantes banques, ont déjà transféré leur siège social hors de la région depuis le référendum.

Si le gouvernement espagnol parvient à ses fins, celui de Puigdemont pourrait bel et bien déclarer immédiatement l’indépendance de la région. Une décision rendue possible grâce au mandat populaire découlant du référendum organisé le 1er octobre dernier et lors duquel le «Oui» l’a emporté avec 90% des voix.

Parmi les solutions les plus réalistes pour sortir l’Espagne de ce blocage, bon nombre de médias espagnols évoquent l’organisation d’élections régionales anticipées. Un moyen réfléchi et diplomate de renouer la confiance entre les deux parties et d’apporter l’accalmie tant attendue depuis des mois.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc