Entreprises

Maroc-France: 880 millions de DH pour boucler la LGV

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5124 Le 11/10/2017 | Partager
Ce prêt porte la contribution de la France à plus de 50% du financement
Le projet, fruit d’un partenariat basé sur la confiance, selon Le Drian
Les rails, câbles électriques terminés,… la signalisation d’ici décembre
maroc-france-lgv-khlie-024.gif

 Jean Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères (au milieu), en compagnie de Mohamed Rabie Khlie, DG de l’ONCF, et Jean-François Girault, ambassadeur de France au Maroc, a «pu voir en hélicoptère le TGV franchir la barre de 275 km/h, ce qui en fait le train le plus rapide d’Afrique» (Ph. Ambassade de France)

Mohamed Rabie Khlie peut se frotter les mains. Le DG de l’ONCF vient de boucler définitivement le financement  de la ligne grande vitesse (LGV), reliant Tanger à Casablanca. En effet, l’Agence française de développement (AFD) a accordé un prêt de 80 millions d’euros, soit 880 millions de DH, au Maroc pour financer cette dernière tranche du projet de la LGV. Celui-ci complète un premier financement de 220 millions d’euros (2,42 milliards de DH) octroyé à l’Office par l’AFD dans le cadre de ce projet.

La cérémonie de signature a été présidée par Mohamed Boussaid et Jean Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, dont c’est la première visite au Maroc. Le chef de la diplomatie française considère que le projet de la LGV est le fruit d’un partenariat basé sur la confiance entre le Maroc et la France et sur des financements apportés par les différents acteurs français à hauteur de 50% des besoins.

C’est le signe d’une contribution et d’une volonté d’agir en commun sur un équipement tout à fait déterminant pour l’avenir du Maroc. «J’ai pu voir en hélicoptère le TGV franchir la barre de 275 km/h, ce qui en fait le train le plus rapide d’Afrique», a-t-il ajouté. Il a rappelé l’impact de la LGV dans la mesure où dans sa région, «en un mois, la fréquentation a augmenté de 20%, ce qui est exceptionnel. Les traductions concrètes en termes de stimulation de transport sont immédiates».

Pour Mohamed Boussaid, la mise en place de ce financement porte la contribution de l’AFD à 300 millions d’euros et celle de la France à plus d’1 milliard d’euros, soit 50% du coût du projet. Il a indiqué qu’il s’agit d’un «projet voulu et soutenu par le Souverain et qui constitue l’une des réalisations phares de la relation bilatérale». Précisant que sa «réalisation a généré un léger surcoût, la LGV va accélérer la création des pôles régionaux de développement», la compétition des territoires, tout en assurant une liaison moderne et rapide entre le grand Casablanca et le nouveau pôle de Tanger. Ce mode apporte une solution convenable et durable à une demande croissante et régulière du transport des voyageurs.

Le DG de l’ONCF a rappelé que les travaux liés à l’infrastructure, aux rails et aux câbles électriques ont été achevés. Ceux de la signalisation  seront terminés avant la fin de cette année. Ses services effectuent des essais sur 120 km en vue d’atteindre la vitesse de 320 km/h d’ici la fin de cette semaine.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc