×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Wafasalaf-Sony s'allient pour une nouvelle offre

    Par L'Economiste | Edition N°:299 Le 09/10/1997 | Partager

    Wafasalaf et Sony ont présenté vendredi 3 octobre leur nouvelle formule de crédit rapide. Cette alliance devrait permettre aux deux partenaires de marquer des points sur leurs concurrents respectifs.


    La bataille sur le créneau du crédit à la consommation n'est pas prête de connaître une accalmie. Dernier rebondissement: Wafasalaf s'est alliée à Sony pour lancer un crédit ménager rapide baptisé Crédit Bassit. Cette formule porte exclusivement sur la distribution des produits du constructeur, entre autres téléviseurs, chaînes Hi-Fi, caméras, lecteurs CD et radio cassettes.
    Pour la firme japonaise, cette alliance avec Wafasalaf constitue un volet de la stratégie de pénétration du marché marocain. Il y a un an, Sony, dont la carte était jusqu'alors détenue par Vidéotel, prenait directement en main la distribution de ses produits en installant une filiale sur place(1). Cette décision était expliquée par deux facteurs.
    Le premier: l'économie marocaine, considérée comme en émergence, affiche un potentiel de croissance important. Ce qui permettait d'espérer une demande soutenue, d'autant plus que le taux d'équipement des ménages est encore faible. A l'époque, M. Takumi Kitamura soulignait que la création de la filiale faisait suite aux «résultats positifs des études effectuées sur le marché marocain sur une période de 10 ans». Dans les faits, la demande est bien soutenue. Pour illustration, les crédits distribués aux particuliers ont atteint 4,438 milliards de DH en 1996 contre 3,475 milliards une année auparavant, soit une progression de près de 28%.

    Second élément ayant motivé l'installation de Sony: l'ouverture du marché, marquée par une baisse conséquente des droits de douane, s'est traduite par l'élargissement significatif de l'offre.
    Plusieurs électroniciens, dont Philips et Daewoo, ont ainsi clairement dévoilé leurs ambitions. Par conséquent, et pour ne pas être marginalisé, une présence directe s'avérait nécessaire pour le «Japonais».
    Chez Sony, s'installer au Maroc signifie «instaurer une relation de proximité avec le consommateur, vendre mieux et asseoir l'image de marque par un service après-vente et une communication bien ciblée». Un budget de 5 millions de DH avait été prévu pour le plan média. Sony a en outre décidé d'ouvrir un show-room en 1998 et «élabore plusieurs idées nouvelles spécialement pour le marché marocain», a indiqué M. Mohit Parasher, le directeur commercial, lors de la présentation de la nouvelle offre.
    En attendant, «le marché réagit favorablement», se félicite M. Kitamura. L'alliance avec Wafasalaf permettra certainement d'atteindre ou de franchir le cap des 200 millions de DH de chiffre d'affaires budgétisées en 1997.
    La société de crédit à la consom-mation s'est en effet montrée très dynamique durant ces dernières années, particulièrement en attaquant très fort sur le crédit personnel rapide et le crédit voiture grâce à l'accord signé avec Fiat Uno Maroc. En 1996, sa production avait augmenté de 42% par rapport à 1995 à 971,3 millions de DH. L'ambition de la société: «Démocratiser le crédit à la consommation», assure M. Abdelhamid Mrabet, administra-teur-directeur général. Apparem-ment Sony a fait un bon choix. Mais, autant que son partenaire, elle devra garder un oeil vigilant sur ses concurrents qui ne manqueront certainement pas de réagir.

    (1) Voir L'Economiste N° 279


    Les canaux de distribution


    Le crédit Bassit s'adresse à tous les salariés des secteurs privé et public dont le salaire net est au moins égal à 2.500 DH. Il est distribué à travers trois canaux différents. On peut le demander en téléphonant (gratuitement) au numéro vert mis en place par Wafasalaf. La réponse est immédiate. Le test effectué par la rédaction sur le numéro vert prouve que le service est effectivement très rapide, l'opératrice bien renseignée sur les produits Sony. Cependant, il faudra présenter les pièces justificatives habituelles, entre autres une photocopie de la CIN, une quittance électricité ou ONPT ou certificat de résidence, un chèque annulé et une attestation de salaire.
    Deuxième solution: solliciter directement son revendeur Sony.
    Le requérant peut, en troisième lieu, s'adresser directement à une agence Wafasalaf.

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc