×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Uniban: De nouveaux élans

    Par L'Economiste | Edition N°:9 Le 29/12/1991 | Partager

    UNIBAN réaménage ses anciens locaux et en construit de nouveaux. Elle installe son premier guichet automatique à Rabat.
    Son nouvel actionnaire, la B.B.V, Banco Bilbao de Vizcaya, qui devient du coup son principal partenaire, semble lui donner une nouvelle dynamique. Uniban veut se rehausser sur la scène bancaire. C'est ce qui ressort des déclarations de M. Juan Pastor, directeur général de l'Uniban.
    Au lendemain de l'acquisition par Banco Bilbao de Vizcaya de la majorité des actions d'Uniban, l'infrastructure de la banque s'est avérée plutôt quelconque, ne répondant pas pleinement aux exigences d'une banque moderne.
    Ainsi Uniban a adopté un certain nombre de mesures destinées à améliorer l'image, le style, les moyens et les ressources de l'établissement afin de répondre aux besoins d'une clientèle de plus en plus exigente.
    "Former le personnel, renover le cadre des installations, développer le réseau, restructurer les organes de la banque, telles ont été les priorités immédiates des années 1989 et 1990", déclare M. Pastor.
    C'est ainsi que l'Uniban a procédé au réaménagement de ses locaux, à l'ouverture de nouvelles agences et à l'installation de son premier guichet automatique à Rabat.

    B.B.V le principal partenaire

    La B.B.V représente désormais le principal partenaire d'Uniban où elle détient plus de 50% des actions; des compagnies d'assurances, des personnes physiques et morales "très représentatives géographiquement parlant" se répartissent le reste du capital. Uniban est la principale présence espagnole en matière de service. Toutefois M. Pastor affirme que "l'Uniban ne prétend pas détenir l'exclusivité en matière de services". Elle entend jouer un rôle de premier plan dans l'intermédiation entre l'Espagne et le Maroc, elle représente des intérêts communs et cherche à rapprocher les hommes d'affaires et les agents économiques des deux pays. Par ailleurs et en matière de personnel, selon son directeur général, Uniban entend assurer pleine-ment ses responsabilités dans la réussite du plan d'action entrepris dans le cadre du Conseil National de la Jeunesse et de l'Avenir. L'effectif de la banque a enregistré une augmentation issue principalement de l'intégration de la fraction prévue à cet égard par le GPBM. Si Uniban disposait d'un effectif de 320 personnes à fin 1988 aujourd'hui la banque compte 380 personnes."L'une des priorités de la banque a été d'engager un processus visant l'amélio-ration du niveau du personnel capable d'assurer la relève et de contribuer à la formation des anciens", ajoute M. Pastor.
    La quasi totalité du personnel d'encadrement maîtrise la langue espagnole particulièrement au Nord du Maroc. Toutefois la connaissance de cette langue n'est pas une condition préalable pour intégrer Uniban. Il est naturel pour une "banque sans frontières", selon la publicité, que la connaissance d'une ou plusieurs langues soit assurée. A cet effet le département de la formation dispense des cours de langue.

    Uniban leader dans le Nord du Maroc

    Interrogé sur les spécificités qui distinguent Uniban des autres banques, M. Pastor précise que la particularité essentielle, qui mérite d'être signalée, réside dans le fait que le principal, partenaire d'Uniban (BBV), se trouve à proximité. "C'est une banque de premier ordre, de notoriété internationale et en même temps celle d'un pays voisin". Son expérience et son apport à tous les niveaux pour Uniban sont importants. Uniban s'attend à ce qu'elle contribue à favoriser le courant d'affaires et d'échanges entre les deux pays. En outre Uniban s'est assurée une forte présence dans le Nord du Maroc et se presante desormais en tant que banque leader dans cette région. Les chiffres enregistrés en 1990 au niveau des indicateurs significatifs de la banque semblent confirmer la relance de la banque. Les fonds propres ont progressé de 69% de 1988 à 1990, alors que les dépôts ont augmenté de 25% avec une amélioration de leur structure. Sur le plan des résultats les marges financières et brutes d'exploitation se sont accrues respectivement de 16% et 25%. Selon M. Pastor, "ceci situe la valeur boursière de la banque parmi l'élite". Et le dynamisme s'est poursuivi en 1991. Les données seront confirmées à la cloture du présent exercice.

    "Une trésorerie particulièrement à l'aise"

    En attendant l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions en matière de ratio cook et autres ratios de structure, Uniban s'est préparée progressivement aux nouvelles mesures. Des augmentations successives de capital ont eu lieu par apport d'argent frais. Un effort constant d'assainissement de la qualité des crédits distribués a été réalisé.
    S'agissant de la trésorerie, la position d'Uniban s'est distinguée sur le marché où la banque est intervenue tout au long de l'année en tant que prêteur à des conditions satisfaisantes, note M. Pastor. "Notre trésorerie a été particulièrement à l'aise au cours du présent exercice". En conséquence, Uniban n'a pas eu à souffrir du train de mesures restrictives telles la réserve monétaire, le réescompte, adoptées par les autorités monétaires. Le nouveau cap emprunté par les autorités monétaires de libéralisation et de décloisonnement permet à la banque d'envisager l'avenir avec optimisme. M. Pastor ajoute que la nouvelle dimension à laquelle aspire Uniban nécessite une certaine flexibilité et davantage d'initiatives, rendues possibles par le processus de libéralisation. Il conclut:"Uniban bouge et se développe, les chiffres confirment cette tendance si aucun paramètre externe étranger ne venait ralentir ou freiner notre élan, croyez moi, le système bancaire comptera sûrement avec notre banque qui d'ores et déjà a commencé à grignoter des points du marché".

    N.C

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc