×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Formation continue des cadres : la demande est encore mal définie

    Par L'Economiste | Edition N°:9 Le 29/12/1991 | Partager

    Le marché marocain a vu apparaître ces dernières années une importante offre en matière de formation continue destinée aux cadres. Ce dynamisme de l'offre confirme un consensus général sur la formation continue du personnel conçue comme un domaine vital pour les entreprises qui veulent maintenir leur productivité. Comment se comporte le marché marocain face à cette offre? Répond-elle aux besoins de l'entreprise marocaine? L'auteur, ingénieur, consultant en organisation et formateur fait le point sur cette offre, apporte quelques observations quant à ses caractéristiques et conclut sur l'adéquation aux besoins de l'entreprise marocaine.


    En premier lieu il faut rappeler l'unanimité qui se fait de plus en plus sur l'importance de la formation continue des cadres.
    L'administration marocaine est mobilisée sur cette question aussi bien pour le développement de ses propres ressources humaines que pour celles des entreprises publiques ou privées.
    Les entreprises marocaines et leurs organes représentatifs expriment volontiers leur volonté de développer les capacités de leurs ressources humaines par la formation continue, entre autres moyens.

    USAID: 550 stages et 240 formations longue durée programmées

    Les contacts étroits et fréquents de nos entreprises avec celles du monde développé leur ont permis de voir combien celles-ci considèrent la formation continue et le développement des ressources humaines comme un élément stratégique pour leur compétitivité.
    Dans les programmes de coopération conclus avec les pays étrangers, la formation continue devient un axe privilégié.
    C'est le cas des importants programmes de formation continue mis en oeuvre par la Direction de la Formation des Cadres (DFC) de l'Administration de la Formation Professionnelle et de la Formation des Cadres (AFPFC) du Ministère des Travaux Publics, de la Formation Professionnelle et de la Formation des Cadres (MTPFPFC) grâce au soutien de l'Agence Américaine d'Aide au Développement (US/AID) aux profits de cadres de l'Administration marocaine et des entreprises. La coopération Maroco-Américaine dans le domaine de la formation des cadres a débuté en 1978 et a permis la formation de 354 cadres qui ont obtenu des Master's ou des Phd ainsi que le perfectionnement de 900 personnes qui ont participé à des stages ou à des séminaires, aux USA.
    Un nouveau projet vient d'être conclu en Août 1991 et couvre la période 1991-1999 dont les objectifs sont: formation de longue durée (Master's, Phd) pour 240 cadres et stages de courte durée, conférences et visites d'études aux USA pour 550 cadres et responsables de haut niveau; stages et séminaires au Maroc pour 5.800 cadres; enseignement de l'anglais pour 2.200 cadres. Des conditions aussi favorables ont amené les intervenants sur le marché de la formation continue à réagir promptement et à développer une offre appréciable.

    Peu de structures, peu de moyens dans l'entreprise

    L'entreprise au Maroc est-elle structurée pour gérer la formation continue de ses cadres? Malgré les déclarations de principe des dirigeants, les entreprises marocaines dotées de structures spécifiques pour gérer et développer les ressources humaines restent peu nombreuses. La taille, somme toute modeste de la majorité des entreprises marocaines, le manque de cadres spécialisés en ressources humaines, et parfois une politique qui ne privilégie pas cette fonction font que la plupart des entreprises marocaines continuent à être dotées du classique service du personnel dont la principale tâche reste la gestion des relations contractuelles entreprise/personnel.
    En général lorsque la mission de développement des ressources humaines est dévolue à ce type de services, les moyens nécessaires ne leur sont pas pour autant accordés. Fort heureusement, le nombre d'entreprises marocaines qui donnent une importance stratégique à leurs ressources humaines en créant des entités chargées de cette mission tout en les dotant des moyens nécessaires pour réaliser leurs tâches, s'accroît d'année en année dans le secteur public comme dans le secteur privé.

    L'offre de formation: contenu peu adapté

    Peu d'informations existent sur l'offre en formation continue destinée aux cadres. Grâce à la DFC de l'AFPFC du MTPFPFC, qu'il faudrait féliciter, une importante étude sur cette offre vient d'être réalisée et publiée en Septembre 1991.
    Cette étude qui a porté sur l'offre du secteur public, semi-public et privé a été réalisée grâce à une enquête par questionnaire auprès de 190 institutions et organismes dont 59 ont répondu. Le taux de réponse exceptionnel de 31% est à souligner. Cette étude permet de se faire une bonne opinion sur l'offre en formation continue:
    - 860 actions de formation continue ont été recensées dans trois domaines: gestion (415), sciences et techniques (251) et informatique (194);
    - 11% des actions de formation durent 1 jour, 76% de 2 à 5 jours et 13% plus de 5 jours;
    - 52% se déroulent à Casablanca et 35% à Rabat;
    - 68% s'adressent aux cadres supérieurs et 27% aux cadres intermédiaires;
    - 82% sont prévues pour moins de 20 participants et 16% pour moins de 50;
    - Le coût par personne et par journée de formation (restauration comprise) est de 250 à 1.000 DH pour les organismes du secteur semi-public, et de 950 à 2.000 DH pour ceux du secteur privé.

    Certes, cette étude précieuse qui sera probablement largement diffusée, est un premier pas qui permet de se faire une bonne opinion sur les aspects quantitatifs mais ne répond pas aux questions sur le contenu et les méthodes: quel contenu propose la formation continue? quels moyens et quelles méthodes utilise-t-elle? En somme offre-t-elle des services professionnels et de qualité adaptés au marché marocain?
    Face à cette offre de formation continue la plupart des responsables que nous avons pu contacter, tout en se félicitant de son existence, lui reprochent, pêle-mêle, son inadéquation aux besoins réels de l'entreprise marocaine, une pédagogie et un contenu des séminaires dépassés ou inadaptés dans beaucoup de cas. Des séminaires ont ainsi été organisés où les animateurs, supposés être là pour améliorer les capacités des apprenants dans un domaine donné, ont fait des exposés alors qu'ils n'avaient aucune connaissance des conditions de travail des participants. Dans d'autres séminaires les animateurs ont utilisé des méthodes et un matériel adaptés à des cours universitaires au lieu de mettre en oeuvre des méthodes et du matériel adaptés à la formation des adultes.

    Le choix de l'entreprise: méconnaissance des besoins

    Pour faire un choix en matière de formation continue les décideurs ont besoin de répondre aux questions suivantes: Quel objectif de formation? Quel contenu? Quelle pédagogie? Quel intervenant? Quels coûts? La réponse aux deux premières questions est du ressort de l'entreprise qui doit procéder à une évaluation de ses besoins. Après y avoir répondu l'entreprise est à même, alors, de retenir les actions de formation qui répondent à ses besoins.
    Pour les raisons exposées plus haut, les entreprises ayant une bonne connaissance de leurs besoins sont rares.
    Seules celles qui ont une bonne connaissance des missions et des tâches confiées aux cadres (fiches de postes) capables à partir de là de fixer les compétences qu'ils doivent avoir (profils à prévoir), sont à même d'entamer des actions permettant de réaliser une adéquation entre le profil des titulaires et celui requis grâce à des actions de formation pour lesquelles elles peuvent déterminer les objectifs et les contenus. Faute de disposer de cellules capables de réaliser les études nécessaires ou de faire appel à des bureaux d'étude spécialisés, les entreprises "consomment" la formation continue à la suite de demandes ponctuelles exprimées par les services, ou suite à des actions d'information ou de communication provenant d'un environnement dynamique.
    Devant ce manque de maturité de la demande, l'offre s'est orientée dans beaucoup de cas vers la facilité: des séminaires importés inadaptés au contexte, des séminaires prestiges animés par de prestigieux animateurs, ou encore des séminaires d'origine universitaire inadaptés aux besoins des cadres opéra-tionnels de l'entreprise.
    Cette situation a conduit certaines entreprises soit à mettre en place leurs propres centres de formation soit à continuer d'envoyer leur cadres en formation à l'étranger malgré des coûts prohibitifs.

    L'avenir: explosion de l'offre

    Malgré le manque de données précises sur l'évolution de l'offre dans ce domaine il est probable qu'elle est en train d'exploser tant en nombre de prestataires qu'en nombre d'actions de formation proposées.
    Les entreprises, devant les bouleversements qu'apporte l'ouverture de nos frontières à la concurrence étrangère, prendront de plus en plus conscience de l'importance des ressources humaines, et feront de plus en plus appel aux prestataires privés et publics.
    Les efforts convergents du MTPFPFC, de la Confédération Générale Economique du Maroc (CGEM) et de l'Association des Gestionnaires et Formateurs du Personnel (AGEF) pour ne citer que ces organismes, visent tous les mêmes objectifs: développer une offre professionnelle et adaptée aux besoins du marché marocain.
    Parce que cette formation continue est un axe important pour développer la principale richesse du tissu économique, ses Ressources Humaines, les différents partenaires sont appelés à agir dans plusieurs directions.
    Aux pouvoirs publics et aux associations patronales et professionnelles d'informer et de former, pour que les organisations se dotent de moyens conformes aux déclarations de principes qui permettent aux entreprises de mettre en oeuvre une véritable politique de développement des ressources humaines.
    Les expériences réussies de certains organismes doivent faire l'objet d'une large diffusion auprès de toutes les entreprises pour les faire profiter des expériences des autres, et faire ainsi des économies en temps et argent.

    Des standards de qualité peuvent être réalisés ou adaptés et faire l'objet d'une large diffusion.
    Aux intervenants sur le marché de la formation continue et à leur tête l'OFPPT de rendre leurs offres plus professionnelles et adaptées aux besoins du marché marocain, loin des solutions de facilité.
    Des efforts commerciaux plus importants doivent être faits pour amener les clients à être plus exigeants, ce qui est la seule voie pour aboutir à une offre professionnelle de qualité.
    A l'instar de certains organes de presse qui ont prévu une rubrique "formation continue" comme existent les rubriques "auto" ou "immobilier", les professionnels devraient demander la généralisation d'une telle mesure à tous les organes de la presse pour faciliter la communication entre les professionnels et leurs clients.
    Dans ce même ordre d'idée, les colloques comme celui qu'organise en Juin 1992 l'Ecole Hassania des Travaux Publics (EHTP), peuvent être, dans la mesure où tout le monde joue le jeu, une excellente occasion pour réfléchir sur les attentes des entreprises, sur le contenu et les moyens que doivent mettre en oeuvre les Grandes Ecoles et les professionnels pour répondre à leurs besoins. Les exemples hors de nos frontières sont là pour montrer que les besoins dès qu'ils sont suscités deviennent énormes.
    Pour y répondre, les intervenants doivent faire preuve de profession-nalisme et de créativité pour s'adapter aux besoins de leurs clients et du contexte dans lesquels ils interviennent.
    Les opportunités dans le domaine de la Formation Continue qui s'offrent ou vont s'offrir aux entreprises et aux professionnels doivent être l'occasion pour faire des années 90 une période où cet important domaine doit acquérir de solides assises qui lui permettront de jouer un rôle essentiel, et participer au développement des Ressources Humaines.

    Abstract

    La nécessité de la formation continue des cadres fait l'unanimité au niveau du discours des chefs d'entreprises qui pourtant y consacrent peu des moyens ou connaissent mal leurs besoins. L'administration publique développe la formation pour ses propres cadres et conclut des accords de coopération importants en faveur du secteur privé, trouve des financement. Pour faire face à ces besoins, dont les financements existent désormais, l'offre s'est développée en quantité d'une manière considérable. Le nombre de prestataires et d'actions de formation explose. Le contenu n'est pas toujours adapté aux réalités quotidiennes de l'entreprise. Pour une meilleure adéquation de l'offre à la demande, le rôle des intervenants doit être plus professionnel, plus commercial.

    Abderahmane MESKINE
    Ingénieur EMI
    Consultant et formateur

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc