×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Les cadeaux d'entreprise: On affiche la morosité

    Par L'Economiste | Edition N°:9 Le 29/12/1991 | Partager


    Une importante gamme d'articles sert de cadeaux d'entreprise, à l'occasion du nouvel an. Cependant, les sociétés ou les magasins contactés se plaignent de la «dégradation continuelle» de cette demande spécifique.Quelle est la taille du marché du cadeau d'entreprise, assez sévèrement réglementé sur le plan fiscal.


    LA gamme de produits offerts est très vaste, allant des post-it, matériels de bureaux aux produits de luxe, et pourquoi pas aux tableaux d'art.
    L'activité des sociétés spécialisées débute au mois de novembre et prend fin au mois de Janvier, au moment où les entreprises répondent encore aux cadeaux reçus.
    Les sociétés se sont spécialisées par type de produits. Il en est ainsi pour les articles en cristal ou en porcelaine. Certaines importent elles-mêmes, d'autres, nouvellement installées, travaillent des sociétés d'import-export.

    Des services de table de 150 à 10.000 DH


    Le cristal est importé essentiellement de Sèvre, de Daume, d'Italie, d'Autriche. La porcelaine vient de Limoges d'Allemagne, de Chine, de Tunisie et de Malaisie. Les entreprises commandent surtout des services de table dont les prix peuvent varier entre 150, 200, 800 et 10.000 Dirhams.
    Les articles décoratifs de luxe comme les grands vases chinois et les statuettes valent de 15.000 à 30.000 Dirhams. La commande par unité est destinée, d'ordinaire, aux personnalités politiques ou du monde des affaires.
    Les sociétés offrant cette gamme de produits réalisent près de 30% de leur chiffre d'affaires à l'occasion du Nouvel An.
    Durant le reste de l'année, la vente redevient «normale» et est destinée aux particuliers pour un mariage, un anniversaire, ...
    Certaines sociétés dont Lijac se spécialisent dans le créneau des cadeaux destinés pour les clients et fournisseurs résidents à l'étranger. Les articles offerts se présentent comme «typiques»: coffrets en cuir, bonbonnières de Fes, tagines berbères, assiettes murales, céramiques de Safi, ...
    Le cadeau offert est garni de gâteaux marocains avant d'être livré. L'assortiment se compose de dattes, de noix fourrées, de cornes de gazelle ou de clémentines confites. L'objectif est évidemment d'offrir à des personnes étrangères un produit typiquement marocain, une manière de faire rappeler aux clients et fournisseurs étrangers les images marocaines.

    Une publicité gratuite


    Un autre créneau pour les cadeaux de fin d'année serait les articles de bureau. Les entreprises commandent aux imprimeries des agendas, des posters, des répertoires téléphoniques et des serviettes décorées de leur logo. L'objet de ce créneau est double.
    En plus du geste de l'offrande qui peut être pris en considération, l'entreprise intègre une publicité gratuite. Les imprimeurs se plaignent de ce que leurs clients «attendent la dernière minute pour commander leurs travaux». Il est un fait que la plupart des imprimeurs que nous avons contactés étaient particulièrement sur-chargés ...
    Enfin, pour la maroquinerie, les cadeaux habituels sont les portefeuilles et les articles de bureau. Cependant, les personnes de la profession contactés se plaignent d'une chute de la demande spécifique au fil des ans. Les prix, comprenant la livraison à domicile, varient entre 400 et 2.500 Dirhams.

    Par ailleurs, des livres d'art ou des livres de photographies marocaines sont considérés comme des cadeaux de choix. Cependant pour l'éditeur, la gestion du livre-cadeaux est tout à fait particulière.
    La caractéristique de cette gamme de cadeaux est que la demande est importante au moment de la sortie mais décroît d'année en année, pour devenir presque nulle vers la quatrième année. En effet, le livre à offrir ne doit pas être présent sur le marché pour une période assez longue d'une part et d'autre, du fait de la nécessité de présenter un article différent chaque année.
    La Société Eddif Maroc se fait une spécialité du livre-cadeau, et a édité à l'occasion de cette fin d'année deux livres dans la collection le temps d'une ville, «Rabat» de Laetitia Ducrot et Kamel Lakhdar, et «Essaouira» de Michel Delaborde et Abdelkader Mana. Des centaines de commandes ont été prises pour ces deux ouvrages, indique Eddif-Maroc. Le prix de chacun d'eux est d'environ 500 Dirhams.
    La société Lijac présente exceptionnellement un ouvrage d'art écrit par son directeur M. André Boukobza «la poterie marocaine», et l'imprimerie Sicopa «Tizerzaï, la Fibule au Maroc», sous la plume de sa directrice, Mme Othmani.

    LaÏla TRIKI.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc