×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Télécoms: Moratoire des factures jusqu'au 10 janvier

    Par L'Economiste | Edition N°:656 Le 09/12/1999 | Partager



    · Un observatoire en coordination avec les constructeurs sera opérationnel du 30 au 31 décembre
    · Procédures manuelles et mobilisation de tout le staff technique


    Pourra-t-on téléphoner le 1er janvier 2000 et avoir accès à tous les services de télécommunications. Oui, selon les responsables de Maroc Telecom. Pourtant sur le site de l'Ambassade des Etats-Unis, les télécoms et la santé au Maroc sont classés parmi les secteurs à risque. Et beaucoup de multinationales ont discrètement pris des mesures de précautions au cas où.
    Auprès de l'opérateur national, l'éventualité est très faible: «Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires et ce, depuis 1997 pour préparer le passage à l'an 2000», affirme M. Saïd El Mellahi, responsable de la Direction de l'Organisation et Systèmes d'Information.
    C'est ainsi que des projets de mise en conformité ont été mis en place depuis 1998 avec des sous-projets relatifs à l'infrastructure réseau et aux différents systèmes d'information de l'opérateur. En outre, rappelle M. Mellahi, des tests d'interfonctionnements ont été entrepris cette année en coordination avec l'Union Internationale des Télécommunications et d'autres opérateurs internationaux.
    Aujourd'hui, aussi bien pour les équipements que pour les systèmes d'information, nous sommes certifiés conformes», rassure-t-il. Au passage, Maroc Telecom consacre le plus gros budget pour préparer le cap 2000: près de 250 millions de DH. Du reste, expliquent en substance les responsables, l'architecture du réseau se caractérise par des axes de transmission dédoublée: Si l'axe principal connaît un problème, le basculement se fait automatiquement sur l'axe de secours qui achemine le trafic.
    Il n'empêche que l'opérateur a défini un plan de repli. Ainsi, il a prévu la mobilisation de ses contingents de techniciens dans tous ses centres de répartition du trafic ainsi que dans les services régionaux (7 régions, 62 délégations provinciales) pour répondre aux requêtes des clients. De même qu'un observatoire sera mis en place et ce, dès le 25 janvier. Il fonctionnera non stop mais ne sera ouvert aux clients qu'à partir du 30 janvier. Cet observatoire travaillera en coordination avec les observatoires des constructeurs. «Nous aurons un avantage, en cas de dysfonctionnement de l'un des systèmes, puisque l'an 2000 va démarrer dans d'autres pays avant nous», souligne M. Mellahi, rappelant que les constructeurs se sont engagés à prendre en charge le plus rapidement la moindre anomalie et télécharger les corrections. C'est d'ailleurs l'objectif des observatoires qui vont être installés.
    Côté commercial, les responsables de Maroc Telecom affirment avoir pris les précautions nécessaires. Ainsi, l'opérateur a prévu des procédures manuelles pour la prise en charge des nouveaux abonnements et le traitement des dérangements. Pour éviter le rush sur les agences commerciales, l'émission des factures s'arrêtera à la mi-décembre avant de reprendre le 10 janvier. En revanche, les compteurs continueront de tourner avec le risque de multiplications des contentieux.


    Le cas de France Télécom


    Chez l'opérateur de l'Hexagone, le bug est pris très au sérieux. Un budget de 1 milliard de Francs y a été consacré. Depuis 1996, France Télécom a mis en place un projet An 2000 élaboré autour de six étapes clés: l'inventaire, l'analyse d'impact, l'adaptation, les tests, le déploiement et l'accompagnement. Jusqu'à aujourd'hui, l'ensemble du réseau de l'opérateur a été adapté. France Télécom prévoit par ailleurs la mise en place le 31 décembre d'un comité de pilotage qui aura pour mission d'assurer le veille. Il lui reviendra de prendre les décisions sur les actions à mener.

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc