×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    La formation, cette oubliée

    Par L'Economiste | Edition N°:656 Le 09/12/1999 | Partager



    Tous unanimes: l'entreprise n'investit pas assez dans la formation en informatique. Ce constat révélé par des revendeurs de logiciels a des répercussion sur le niveau de traitement de l'information de gestion.
    Chaque installation de logiciel comptable ou de système d'information de manière globale doit être accompagnée d'une formation du personnel. Mais généralement, les opérateurs sous-estiment l'apport de la formation. Même en cas de nécessité, ils n'optent que pour une solution restrictive. «Formez le directeur financier» reprend un opérateur dans un ton ironique. La formation doit toucher le personnel appelé à travailler sur des outils informatiques. Comptables, opérateurs de saisie et autres devraient suivre une formation continue dans la mesure où l'outil lui-même évolue au jour le jour.
    Ce sont en général des entreprises structurées qui développent un encadrement en interne et investissent dans la formation. Cela est d'autant plus vrai que l'exploitation de l'outil informatique se trouve favorisée par le niveau de l'organisation de la structure.
    Les autres entreprises préfèrent la «débrouillardise», déplore un opérateur. «Dès qu'on leur parle de formation après installation, ce genre d'entrepreneurs nous demandent de faire le plus vite possible et le moins possible», précise un autre. Il en ressort que la valeur ajoutée, que les entreprises de services tentent de mettre en exergue, se trouve dès lors reléguée à une place marginale.
    Dans cette situation, c'est le support technique ou le service après-vente, qui en souffrent. Faute d'une formation appuyée, le client s'affole pour un rien. Il sollicite l'intervention du fournisseur pour résoudre des problèmes qui sont très souvent liés à l'utilisation de l'outil. Pour éviter ce «harcèlement», certaines sociétés procèdent par sélection de clients. «On ne peut fournir n'importe qui», résume un opérateur.

    Khalid TRITKI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc