×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Logiciel comptable: Importé ou local, que choisir

    Par L'Economiste | Edition N°:656 Le 09/12/1999 | Partager



    · Les produits locaux reproduisent la liasse fiscale sans rupture de chaîne
    · Les ajustements sont facilement opérables sur les logiciels développés à l'étranger


    Difficile de dégager une comparaison assez large entre les différents logiciels comptables. Mais suivant la logique du marché, la distinction entre les produits importés et ceux conçus localement reste possible. Selon les concepteurs locaux, un logiciel comptable marocain présente «l'avantage d'être mieux adapté aux besoins de l'entreprise». Sa construction prend en compte les dispositions de règles comptables et ses fonctionnalités présentent plus de cohérence. Explication: un seul logiciel comptable permet la saisie des écritures et le détail des comptes.
    Par une communication automatiques, il dégage les éléments qui alimentent la liasse fiscale. Donc, selon les concepteurs de ces produits, la production du bilan, du compte des produits et charges et des états des informations complémentaires (ETIC) ressortent automatiquement après la saisie du détail des écritures comptables et ce, sans rupture de chaîne. Cet argument avancé est par opposition aux logiciels comptables importés.
    Ces derniers exécutent la même opération, mais en deux temps et moyennant deux supports distincts. Le premier se limite aux écritures en détail et dégage une balance. Partant de celle-ci, une autre réécriture comptable dans un autre logiciel s'impose. Et c'est ce deuxième support qui dégage la liasse fiscale.
    Cette composition dite «hybride» présente un avantage selon des professionnels. L'opération en deux étapes a été conçue pour faire face aux changements de la représentation de la liasse fiscale. Ainsi, si le Fisc, à l'instar de la France, exigeait chaque année une déclaration différente dans sa forme et son contenu, il serait difficile de suivre ce changement dans le cadre d'un logiciel comptable marocain. Pour cause, il faudrait d'abord changer les paramètres du logiciel comptable lui-même.

    Sécurité de l'échange


    D'autres limites des produits locaux sont également évoquées. Il s'agit de la rigidité des logiciels comptables «made home». Les tenants de cet argument expliquent que ces produits informa-
    tiques reproduisent le plan comptable marocain dans une conception sur mesure. Mais pour les concepteurs marocains, cette caractéristique représente une sécurité au profit du respect de la loi comptable.
    Bref, un logiciel comptable ne peut à lui seul constituer l'ossature du système d'information de l'entreprise. C'est une composante d'un ensemble. Facturation, règlement, suivi des opérations, paie, gestion commerciale et bien d'autres maillons de la chaîne s'allient pour produire l'instrument de navigation: la décision.
    La sécurité de l'échange entre les différentes composantes est fondamentale. D'où le développement de systèmes intégrés nécessitant l'installation d'un seul système d'information cohérent. Parfois, cette règle de cohérence est acquise d'office surtout au niveau des logiciels comptables, alors que dans d'autres cas, elle se fait au prix d'une adaptation.


    Les prix


    Entre les produits importés et ceux conçus localement, la différence de prix n'est pas déterminante. Pour les premiers, la fourchette des prix commence à 2.900 DH. La moyenne de l'offre varie entre 7.000 et 8.000 DH.
    Pour ce qui est de l'importé, la moyenne des prix est de 9.000 DH, alors que le prix le plus bas est fixé à 3.000 DH.
    La variation des prix est fonction des fonctionnalités du logiciel. La fluctuation tient compte du type d'installation souhaitée (système comptable rudimentaire, ou comptabilité analytique, budgétaire...).
    Le prix suit également la taille de l'entreprise. Plus celle-ci est grande, plus ses besoins sont complexes et nécessitent un outil informatique plus élaboré.

    Khalid TRITKI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc