×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Talabani contre d’éventuelles frappes US en Syrie

    Par L'Economiste | Edition N°:2143 Le 02/11/2005 | Partager

    . Le président irakien ne pourrait pas empêcher les attaques à partir de son paysLe président irakien, Jalal Talabani, a affirmé, dans des déclarations publiées mardi 1er novembre, qu’il serait incapable d’empêcher une éventuelle frappe américaine contre la Syrie à partir du territoire irakien, même s’il s’y opposait.“Je refuse catégoriquement que le territoire irakien serve de base pour le lancement d’une frappe militaire contre la Syrie ou tout autre pays arabe”, a déclaré M. Talabani, commentant les pressions américaines croissantes sur Damas, surtout depuis l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. “Cela, je le dis à titre personnel en tant que Jalal Talabani. Mais, en fin de compte, mes capacités à m’opposer à la force américaine restent limitées et je ne peux pas lui imposer ma volonté”, a-t-il ajouté.Jalal Talabani, qui est également chef de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), affirme être “redevable” à la Syrie pour l’avoir accueilli avant la chute du régime irakien de Saddam Hussein. Des responsables américains et irakiens accusent fréquemment la Syrie de ne pas faire assez pour empêcher l’infiltration, par sa frontière, de combattants venus en Irak pour rejoindre la rébellion dans ce pays. La déclaration de Talabani intervient au lendemain de l’adoption par le Conseil de sécurité de l’Onu, réuni lundi à New York au niveau ministériel, de la résolution 1636 sommant la Syrie de coopérer à l’enquête internationale sur l’assassinat de Rafic Hariri. Après l’adoption de cette résolution, “nous démontrons aujourd’hui que la Syrie s’est isolée de la communauté internationale par ses fausses déclarations, son ingérence dans les affaires de ses voisins et son comportement déstabilisateur au Proche-Orient”, a déclaré la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc