×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    OMC: Les discussions agricoles dans l’impasse

    Par L'Economiste | Edition N°:2143 Le 02/11/2005 | Partager

    . Avis mitigés autour de la proposition européenne LES négociations sur la libéralisation des échanges agricoles foncent droit dans le mur après la proposition de baisse des droits de douane de l’Union européenne qui n’a pas suscité de consensus, a déploré, lundi 31 octobre, le négociateur de l’OMC pour l’agriculture, Crawford Falconer. «L’UE a fait un grand effort, il y a eu un réel effort de relancer la machine mais cela n’a pas marché et nous continuons donc à nous diriger vers le mur», a déclaré Falconer à la presse à l’issue d’une réunion des 148 pays membres de l’Organisation mondiale du commerce à Genève. «J’espère que nous trouverons le moyen de relancer la machine dans les tout prochains jours, mais le mur se profile à l’horizon», a ajouté le négociateur, alors que les pays membres de l’OMC n’ont plus qu’un mois et demi pour préparer leur conférence ministérielle de Hong-Kong qui doit approuver les deux-tiers du cycle de négociations lancé à Doha, la capitale du Qatar, en 2001. L’UE a offert, lundi 31 octobre, de réduire ses droits de douane sur les importations agricoles de 35% à 60%, alors qu’elle souhaitait jusqu’alors limiter ces baisses dans une fourchette de 20% à 50%. Cette proposition, jugée toujours insuffisante par les grands exportateurs agricoles comme les Etats-Unis ou l’Australie, «n’a suscité aucun consensus» parmi les autres membres de l’OMC, a constaté Falconer, qui a appelé les délégations à se retrouver au plus vite pour rapprocher les points de vue. Lors de la réunion, ces pays exportateurs ont particulièrement critiqué la demande de l’UE de réserver un statut spécial à 8% de produits «sensibles» parmi les quelque 2.000 importés par les 25. Mais les pays importateurs nets de produits agricoles du G10 (Japon, Suisse, Corée du Sud...) ont appuyé la dernière offre de Bruxelles, qu’ils ont jugée «utile». L’UE n’est pas isolée à l’OMC, a souligné de son côté le porte-parole de la Commission européenne à Genève, Fabian Delcros, qualifiant de «totalement irréalistes» les demandes des pays exportateurs comme les Etats-Unis, qui réclament une baisse de 55% à 90% des droits de douane agricoles. La France a renouvelé, lundi 31 octobre, sa menace de s’opposer à un accord à l’OMC, après la dernière offre de l’Union européenne en matière de réduction des tarifs agricoles, tout en appelant la Commission à prouver qu’elle n’a pas outrepassé son mandat. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc