×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sécurité/immigration
    Les ministres de l’Intérieur en conclave

    Par L'Economiste | Edition N°:2366 Le 21/09/2006 | Partager

    . Une réunion se tient les 21 et 22 septembre en FinlandeLes ministres de l’Intérieur et de la Justice des 25 débattent les 21 et 22 septembre des moyens de coopérer plus efficacement contre l’afflux d’immigrants clandestins et la menace terroriste, un domaine où leurs ambitions butent sur un mode de décision dépassé. La réunion se déroulera à Tampere, au nord d’Helsinki en Finlande, là même où l’UE avait décidé en 1999 de lancer des politiques communes de sécurité et de justice. Sept ans après, si plusieurs instruments ont été développés, comme le mandat d’arrêt européen, la présidence finlandaise constate que «l’efficacité de la prise de décision est entravée par l’exigence d’unanimité, de plus en plus difficile à obtenir dans une Union à 25». Il a fallu ainsi près de trois ans aux ministres de la Justice pour trouver un compromis sur «le mandat d’obtention de preuves», qui doit simplifier la transmission de preuves entre autorités judiciaires. Et ce, au prix de dérogations, qui réduisent l’ambition du texte. Cette question devait être résolue par la Constitution européenne, qui prévoyait de faire passer ces questions à la majorité qualifiée. Mais, faute de décision d’ici à 2008-2009 sur le sort du traité rejeté en 2005 par les Français et les Néerlandais, la présidence propose d’utiliser une clause de l’actuel traité de Nice qui permettrait de passer à la majorité qualifiée... à condition que les 25 soient tous d’accord. Or l’Allemagne, qui succédera à la Finlande à la tête de l’UE le 1er janvier, a déjà fait savoir son opposition de principe à cette clause. Les ministres tireront également les leçons des projets présumés d’attentats avec des explosifs liquides, qui auraient été déjoués cet été en Grande-Bretagne. Les ministres seront aussi appelés à davantage de «solidarité» envers l’Espagne, Malte et l’Italie, confrontés à l’afflux d’immigrés venus d’Afrique au péril de leur vie dans des embarcations de fortune. Une meilleure coordination des frontières maritimes fera ainsi l’objet d’une réunion ministérielle, le 29 septembre à Madrid, des huit pays de la «frontière sud de l’Europe» (Espagne, France, Italie, Portugal, Grèce, Chypre, Malte, Slovénie) puis du Sommet européen d’octobre à Lahti (Finlande). Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc