×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Oujda se dote d’un centre
    psycho-éducatif pour handicapés

    Par L'Economiste | Edition N°:2655 Le 20/11/2007 | Partager

    . Une opération menée par l’association Saffae . Un investissement de 4 millions de DH Soulagement. De nombreuses familles accueillent avec joie l’annonce de l’ouverture d’un centre psycho-éducatif à Oujda. Destiné à la prise en charge des enfants souffrant de déficiences mentales, ce dernier devrait être opérationnel dans les prochains mois. Les gros oeuvres viennent d’être achevés et les travaux de finition sont déjà bien entamés. Porté par l’association Saffae, le centre s’inscrit dans le cadre du programme de l’Initiative nationale de développement humain (INDH) de lutte contre la précarité. Il a nécessité une enveloppe de 4 millions de DH. Ce centre psycho-éducatif, qui accueillera des enfants de différentes tranches d’âge, comprend trois bâtiments édifiés sur une superficie totale de 3.600 m2. Il s’agit d’une unité administrative, de locaux pour l’éducation et la formation et de salles de loisirs. Des ateliers de psychomotricité et de théâtre sont également prévus. Un autre pavillon abrite un réfectoire et des chambres pour le personnel. Un terrain de sport et un logement pour le gardien sont également en projet pour un montant de 500.000 DH. «L’objectif du centre est d’augmenter les effectifs de bénéficiaires et de dispenser une formation de qualité et un enseignement adapté afin de faciliter l’insertion de ces jeunes dans la vie», explique Samia Kaouachi, présidente de l’association Saffae. A ce jour, l’association prend en charge quelque 97 enfants. Il s’agit essentiellement de trisomiques, d’autistes ou de jeunes souffrant de divers troubles mentaux. Ces derniers sont pour la plupart issus de familles défavorisées. De notre correspondant, Mohamed ZERHOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc