×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Fès mobilisée contre la violence faite aux femmes

Par L'Economiste | Edition N°:2655 Le 20/11/2007 | Partager

. Une enveloppe de 1 million DH allouée au projet . 3.900 femmes et plus de 4.500 jeunes ciblés Le centre Chourouk pour le développement social lance le projet de «lutte contre les violences faites aux femmes dans la région de Fès-Boulemane». Ce projet, financé par l’Union européenne (UE), s’inscrit dans le cadre du programme des microprojets de l’ «Initiative européenne pour la démocratie et les droits de l’Homme« (IEDDH). Il vise la promotion des droits des femmes et la diffusion de la culture de l’égalité entre les sexes et s’adresse particulièrement aux populations des douars et des quartiers défavorisés. «l’UE a alloué une enveloppe de 1 million DH pour ce projet pour une durée de trois ans. Il s’agit de former 3.900 femmes et 4.620 jeunes aux droits civils à travers différentes actions de sensibilisation», explique Lahcen Afqir, président du centre Chourouk. Ainsi, des cours d’alphabétisation juridique et des ateliers de sensibilisation sont au programme. Cette action est très importante car souvent la violence est accomplie dans le cadre du foyer familial. « Et derrière chaque femme battue, il y a des enfants en souffrance », ajoute Afqir. De fait, la multiplication de ce genre d’initiative permettrait à coup sûr aux femmes de mieux comprendre leurs droits et par conséquent mieux affronter ces injustices. Le Centre intervient d’ailleurs depuis sept ans dans la promotion des droits des populations défavorisées, en particulier les femmes, et dans le renforcement des capacités des associations de la région de Fès-Boulemane. Mais la lutte contre la violence des femmes nécessite plus de mobilisation, de coordination et d’efforts entre les établissements publics et la société civile et particulièrement les associations. Il ne suffit pas d’attendre la Journée internationale de lutte dédiée au fléau qui a lieu le 25 novembre pour lancer des campagnes. Trop de femmes en souffrent. A titre indicatif, le centre d’accueil des femmes victimes de violence «Fama» a recensé en 2006 quelque 2.366 cas de femmes violentées, contre 1.851 cas en 2005.Selon l’Association marocaine pour les droits des femmes (AMDF), la plupart des cas recensés concernent la pension alimentaire, l’expulsion du foyer conjugal, la répudiation, les insultes, la maltraitance, le viol, le harcèlement et les tentatives d’homicide. L’appui apporté par le gouvernement aux efforts de lutte contre la violence à l’égard des femmes se fait à travers la mise en place d’une stratégie nationale pour la défense des droits de la femme. Enfin, le ministère de la Justice a développé des mesures préventives et multiplié les centres d’accueil avec la collaboration de différentes associations à l’échelle du Royaume. De notre correspondante,Rachida BAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc