×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Ouarzazate: Prémices d’une bonne saison agricole

    Par L'Economiste | Edition N°:3122 Le 06/10/2009 | Partager

    . L’état des oasis et des parcours amélioré . Le barrage Mansour Ed-Dahbi rempli à 94% LES dernières fortes pluies qui se sont abattues sur Ouarzazate et sa région permettent d’envisager une bonne saison agricole. Un programme cultural adapté aux spécificités géographiques de cette partie du Maroc. Dans la région, les précipitations précoces sont devenues coutumières pendant les mois d’août et de septembre. Ainsi, les services de l’Office régional de mise en valeur agricole de Ouarzazate (Ormvao) ont enregistré des niveaux pluviométriques importants dans plusieurs stations. En amont du barrage Mansour Ed-Dahbi, les averses ont été plus importantes. Notamment au niveau de la localité de M’Semrir avec 25 mm et Boumalne avec 16,5 mm. En aval du barrage, les chutes de pluies ont été particulièrement élevées dans les localités d’Agdz (15 mm) et Tazarine (12,5 mm). Ces précipitations ont entraîné la montée des lits des oueds alimentant le barrage Mansour Ed-Dahbi. Son volume d’apport durant seulement le dernier week-end du mois de septembre a été évalué à 15 millions de m3. Soit une retenue de 410 millions de m3 avec actuellement un taux de remplissage de 94%. De plus, ces précipitations ont permis la remontée des nappes phréatiques de la zone. Cette situation est, de manière générale, d’un impact positif sur le secteur agricole et sur les conditions de démarrage de la campagne agricole 2009/2010 en particulier, est-il déclaré par l’Office. En effet, ces précipitations ont permis l’alimentation en eau d’irrigation les oasis de la zone. Une situation à même d’assurer des productions importantes. Il est prévu par ce fait d’atteindre une production aux alentours de 50.000 tonnes de dattes, de 5.700 t d’olives, 4.700 t d’amandes, 5.900 t de pommes et 200 t d’abricots. L’Office signale également que ces conditions auront un effet positif sur l’état des parcours et sur les élevages de la zone (extensifs et intensifs).La zone d’action de l’Ormvao comprend 85 communes couvrant une superficie de 55.000 m2. L’activité de l’Office s’étend également à Zagora, sur le cercle de Taliouine relevant de la province de Taroudant et au cercle de Foum Zgid à Tata qui fait partie de la région Guelmim-Smara. Les régimes en eau restent malgré tout faibles et irréguliers. Et c’est le barrage Mansour Ed-Dahbi, construit en 1972, qui constitue la pièce maîtresse de l’aménagement hydro-agricole dans la zone d’action de l’office de Ouarzazate. L’aménagement du périmètre agricole, qui a débuté en 1968, a consisté en la construction d’un barrage de retenue, de 5 barrages de dérivation et d’un réseau d’irrigation principal sur une longueur totale de 350 km pour l’irrigation de 26.118 ha. Les zones de petite et moyenne hydrauliques, situées principalement le long des vallées, avec 52.904 ha (sur un total de 79.422 ha) constituent près des deux tiers des terres irriguées. A côté du palmier dattier qui est la principale culture, la zone se caractérise par l’agro-biodiversité. Le safran est cultivé dans la localité de Taznakhte, et il est principalement utilisé à des fins culinaires, médicales et cosmétiques. Mais il est aussi générateur d’importants revenus. Pour sa part, la culture de la rose fait l’objet d’une forte activité dans la ville de El Kelaa M’Gouna (dans la vallée du Dadès). Quant à l’olivier, il est concentré essentiellement à Skoura, Tenghir et Ouzoua. Le pommier est également cultivé dans différentes zones. Le henné, apprécié par les femmes pendant les fêtes traditionnelles et d’autres grandes occasions, est une caractéristique de Maïder, de la vallée du Drâa et de Bani. Quant aux céréales, les cultures fourragères (la luzerne) et maraîchères, elles sont présentes notamment dans les périmètres de la PMH (Périmètre moyenne hydraulique) et de la GH (Grande hydraulique).L’activité agricole s’est organisée dans la zone. Elle compte actuellement 654 associations professionnelles regroupant 72.746 agriculteurs. La région se caractérise par une forte implication des femmes dans les actions de développement. Elle compte 70 associations féminines en plus d’une fédération les regroupant.


    Pluies torrentielles

    LE retour brusque de pluies torrentielles a été constaté en début et en fin du mois écoulé. Des inspections des autorités locales ont constaté des dégâts matériels et du bétail emporté par les crues dans différentes localités rurales. Durant le dernier week-end du mois de septembre, il a été ainsi constaté la disparition de 83 têtes de caprins et 130 moutons dans la région de Toundoute. La grêle s’est abattue sur Sidi Flah, 70 km de Ouarzazate, et des constructions en pisé ont été détruites. Près de Iminoulaoune, des seguias (des systèmes d’irrigation artisanaux) ont été abîmées par les flots au niveau de différents douars. Par ailleurs, une quinzaine d’hectares de cultures agricoles associées (dattes, olives…) ont été détériorées au niveau de Skoura (une quarantaine de km de la ville).De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc