×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Monarchies du Golfe: Croissance en baisse de 3,5% en 2009

Par L'Economiste | Edition N°:2960 Le 10/02/2009 | Partager

. En 2010, ce taux devrait repartir à la hausse à 5,4%Les six monarchies pétrolières du Golfe devraient voir leur taux de croissance économique ralentir cette année à 3,5% sur fond d’une baisse de 44,1% de leurs revenus pétroliers. Dans un exposé sur les perspectives économiques dans la région en 2009, le directeur du FMI pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale, Massoud Ahmed, a précisé que le taux de croissance du PIB en termes réels des monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG) devrait être de 3,5%, contre 6,8% en 2008. En 2010, ce taux devrait repartir à la hausse à 5,4%. Le responsable a expliqué le ralentissement attendu par la chute des cours du brut dans la foulée de la crise financière mondiale, qui a frappé l’ensemble des pays exportateurs de brut de la région. «Pour ces pays exportateurs de pétrole, le déclin des cours du brut et les réductions de la production de l’Opep devraient réduire de presque 50% leurs revenus pétroliers en 2009», ce qui se traduirait par un manque à gagner de 300 milliards de dollars par rapport à 2008, a déclaré Ahmed. A elles seules, les monarchies du CCG (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar) subiront un manque à gagner de 203 milliards de dollars, leurs revenus pétroliers devant être de 257 milliards de dollars en 2009 contre 460 milliards l’an dernier. En conséquence, la balance des paiements pour l’ensemble des pays arabes et d’Asie centrale exportateurs de brut devrait accuser en 2009 un déficit de 30 milliards de dollars, contre un excédent de 400 milliards en 2008, a ajouté le directeur régional du FMI. L’annonce par des pays arabes exportateurs de brut de leur engagement à maintenir leurs programmes d’investissements pour cette année contribuerait à réduire l’impact de la crise.F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc