×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:2960 Le 10/02/2009 | Partager

. Une fleur au nom de ObamaUne pépinière vient de mettre au point une fleur au nom du nouveau président américain: le chrysanthème Obama. «Le président américain représente la paix et c’est pour cette raison que la fleur a son nom et elle est blanche», indique Griekspoor, de la pépinière Royal van Zenten. Elle aurait également les mêmes caractéristiques du président, à savoir: le charisme, la force, l’espoir et le changement. La pépinière Royal van Zenten a été la première entreprise néerlandaise à déposer le nom «Obama» comme marque, mais c’était déjà elle qui avait mis au point la fleur Bush et la fleur Reagan. S’il connaît le succès, ce chrysanthème pourrait par la suite être décliné en différentes couleurs allant du blanc au rouge. Les derniers tests devraient être effectués le mois prochain juste avant sa mise sur le marché.. 273.000 euros pour le «nez» du paquebot «France»Le «nez» du paquebot mythique «France», devenu ensuite le «Norway», a été adjugé pour quelque 273.200 euros, soit environ deux fois et demie son estimation. C’était lors d’une vente aux enchères dimanche dernier à Paris. Selon Artcurial qui organisait la vente, la pièce de quatre tonnes, haute de 4,5 mètres avec son support, clou de la première journée de vente, était estimée, sans les frais, entre 80 et 100.000 euros. Elle est partie, sans les frais, à 220.000 euros. Elle a été acquise par un enchérisseur présent dans la salle, représentant une société qui a un projet immobilier à Deauville. Le total des enchères de la première journée a atteint un peu plus de 800.000 euros (avec les frais), contre une estimation de 5 à 600.000 euros pour la totalité du catalogue. . Elle apprend sur Facebook son divorceUne Britannique a eu un «choc profond» quand elle a appris sur le site Facebook que son mari avait l’intention de divorcer. Emma Brady, âgée de 35 ans, a expliqué avoir été alertée quand un ami l’a appelée du Danemark pour lui demander comment elle allait après avoir vu ce message. L’organisatrice de conférences, mère d’un enfant, a décrit «son choc profond», d’apprendre la fin de son mariage sur internet, alors qu’elle estimait jusqu’alors que leur relation avait simplement «des hauts et des bas». Ces détails sont apparus quand Brady a été condamné par un tribunal de Blackburn pour avoir agressé sa femme à leur domicile d’Accrington, dans la même région.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc