×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L'Internet peine à décoller

    Par L'Economiste | Edition N°:469 Le 23/03/1999 | Partager

    · 40.000 utilisateurs après plus de trois ans

    · Chantier urgent: Un cadre juridique pour l'e-business

    · 73 fournisseurs d'accès au Net


    Internet et commerce électronique. Deux leitmotive qui ont marqué les cinquièmes journées Internet organisée à l'initiative de l'Association Marocaine des Utilisateurs Internet (Misoc)(1) les 20 et 21 mars à l'Institut National des Postes et Télécommunications.
    Plus de trois ans après le raccordement du Maroc au réseau mondial, le bilan est plutôt mitigé, 40.000 utilisateurs dont 10.000 abonnés via le réseau téléphonique commuté (RTC), 500 sites Web avec le nom de domaine maroc «ma», 73 fournisseurs d'accès.
    Au-delà de ce constat de retard de pénétration, la rencontre était l'occasion de faire le point sur les nouvelles tendances qui accompagnent l'explosion mondiale d'Internet, notamment d'Intranet, c'est-à-dire Internet appliqué en interne à l'entreprise et l'e-business. A noter l'absence lors de cette manifestation de fournisseurs d'accès (providers) et Itisalat Al-Maghrib(2).
    Après Internet, il faut allez vite pour baliser le terrain au développement du commerce électronique, estime M. Mounir Alaoui, directeur des Technologies de l'Information à l'Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT). Il est paradoxal que jusqu'à présent les Marocains soient privés du droit d'acheter des livres sur Amazon.com, la librairie en ligne offrant 5 millions de titres dans toutes les langues, ajoute-t-il. Cette restriction est due entre autres à la réglementation des changes. En attendant la mise en oeuvre d'un cadre juridique relatif à la signature électronique, la cryptologie, plusieurs galeries sur le Net, offre la possibilité d'hébergement de vitrines de vente on-line en contrepartie d'une commission. Il suffit de disposer d'un compte bancaire en Europe ou en Amérique du Nord. La transaction se fait en donnant simplement le numéro de la carte de crédit qui sera crédité sur le compte domicilié à l'étranger de l'entreprise marocaine. Quant à la livraison, elle se fera à partir du Maroc.

    Ce décollage observé sur le plan international du e-business est tiré par la croissance des transactions interentreprises (B to B). «Malgré le développement de cette nouvelle économie en réseau, principalement aux Etats-Unis, la question de réglementation reste le point de discorde entre plusieurs pays», souligne Larry Martinez, maître de conférence au Département de Sciences Politiques de l'Université d'Etat de Californie aux Etats-Unis(3) . Vu les divergences autour de cette question, l'Union Internationale des Télécommunications compte organiser, lors de la journée internationale de Télécommunications, prévue pour le 10 mai prochain un débat pour faire le point sur le problème de sécurisation et le bras de fer opposant l'Union Européenne et les Etats-Unis sur la réglementation.
    La seconde journée était consacrée à des ateliers d'initiation et de vulgarisation pour le développement de sites Web animés par les membres du comité technique du Misoc.

    Rachid JANKARI

    (1)L'Association vient de lancer son site Web consultable à l'adresse: www. misoc.org.ma
    (2) «Lotus», le sponsor de ces journées était «la vedette» des thèmes et interventions.
    (3) Voir le débat et les propositions de réglementation sur le site http://wip o2.wipo.int

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc