×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les Emiratis, investisseurs hyperactifs et providentiels

Par L'Economiste | Edition N°:2661 Le 28/11/2007 | Partager

. Investissement tous azimuts en Amérique, Europe et Asie pour préparer l’après-pétroleL’entrée surprise d’Abou Dhabi dans la banque Citigroup confirme le poids croissant des Emirats arabes qui, enrichis par le pétrole, investissent tous azimuts en Amérique, Europe et Asie pour préparer l’après-pétrole, et renflouent des entreprises occidentales avides de capitaux. Electronique, finance, distribution, places boursières, transport maritime, casinos, aviation... Alors que le pétrole frôle les 100 dollars le baril, le Qatar, ainsi que Dubaï et Abou Dhabi, deux émirats de la fédération des Emirats arabes unis, ont rivalisé d’activisme financier dans tous les secteurs ces derniers mois, via leurs fonds d’investissement publics.Fin septembre, le fonds d’Abou Dhabi a acquis 7,5% de Carlyle, l’un des plus gros fonds d’investissement américains, pour 1,35 milliard de dollars, et a investi 500 millions dans un fonds détenu par Carlyle, qui comme Citigroup, a été touché par la crise des crédits hypothécaires. Abou Dhabi a également acquis mi-novembre 8,1% d’AMD, le N°2 mondial des microprocesseurs, qui laminé par la concurrence du leader Intel est en perte depuis un an. AMD a ainsi récupéré 608 millions de dollars. Dubaï et le Qatar ont eux visé d’abord les grandes places boursières occidentales, dont ils sont devenus ces derniers mois des actionnaires majeurs.En septembre, Dubaï et le Qatar ont acquis respectivement 28% et 20% de la Bourse de Londres, le LSE. A eux deux, ils ont ainsi pris le contrôle de l’une des plus grandes bourses mondiales, même si leur part vient d’être ramenée à respectivement environ 20% et 15% depuis que la Bourse de Londres a racheté celle de Milan. L’opérateur boursier Borse Dubai, détenue par l’émirat, est aussi en train de racheter la place boursière nordique et balte OMX, pour près de 5 milliards de dollars. Il va la revendre à la Bourse américaine Nasdaq dont il prendra en échange 19,9%. Dubaï est aussi devenu en 2006 un géant mondial du transport maritime en rachetant, via son groupe DP World, le britannique Peninsular Oriental. En juillet, il a acquis plus de 3% du groupe européen d’aéronautique EADS, et a récemment annoncé 5 milliards de dollars d’investissement dans le géant américain des casinos MGM Mirage.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc