×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Importations de céréales
Plus de droits de douane

Par L'Economiste | Edition N°:2661 Le 28/11/2007 | Partager

. Toutes les céréales concernées sauf l’avoineLES Etats européens se sont mis d’accord hier sur le principe d’une levée pour un an des droits de douane sur les importations de céréales dans l’UE, afin de faire face à la forte demande et la hausse des prix, a indiqué la présidence portugaise de l’UE.«Le consensus est unanime» et la mesure «sera adoptée», a déclaré à la presse le ministre portugais de l’Agriculture, Jaime Silva, après une réunion sur le sujet avec ses collègues européens à Bruxelles.Cette mesure, dont les détails techniques doivent encore être réglés dans les prochains jours au niveau des experts avant une adoption formelle programmée mi-décembre, doit permettre de mieux faire face à l’envolée des prix des matières premières agricoles dans le monde. Une progression qui se répercute sur les tarifs des produits de base comme le pain, les pâtes ou le lait.La hausse des prix s’explique par une forte augmentation de la demande, notamment dans les pays émergents comme la Chine ou l’Inde où les habitudes alimentaires de la population changent, et par l’impact de mauvaises conditions climatiques (sécheresse en Australie, été pluvieux en Europe).Dans un premier temps, la France, première puissance agricole de l’UE, était réticente à une levée des droits de douane, craignant qu’il soit difficile ensuite de justifier leur rétablissement.La mesure intervient en effet dans le contexte politique sensible des négociations du cycle dit de «Doha» au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC): l’UE et les Etats-Unis sont sous pression pour abaisser leurs barrières douanières dans le secteur agricole afin de permettre aux économies émergentes et en développement d’y vendre plus facilement leurs produits.Mais le ministre français de l’Agriculture, Michel Barnier, a finalement accepté la levée de ces droits lundi, en soulignant qu’il s’agissait d’une mesure «temporaire» valable pour la seule campagne de commercialisation en cours, qui s’achèvera le 30 juin 2008, a précisé à l’AFP M. Silva.La levée des droits concerne toutes les céréales, sauf l’avoine.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc