×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Le tennis sur le terrain de la rentabilité

    Par L'Economiste | Edition N°:196 Le 21/09/1995 | Partager

    La question ne se pose plus en terme d'organisation d'un tournois ou un match, mais plutôt en terme de rentabilisation de l'événement sportif. Ceci par la promotion de l'événement afin de le rendre un espace attractif pour les sponsors. Pour réussir au mieux le match de la Coupe Davis, la FRMT a fait appel à une agence spécialisée dans l'organisation des événements.


    "Associer le sport à l'argent est une banalité, surtout quand il s'agit de jouer sous les couleurs du drapeau", affirme Yanik Noah, le coach de l'équipe française du tennis lors d'une conférence de presse. Ceux qui gagneront parmi nous se verront juste offrir un billet de retour, plaisante-t-il.
    Mais en fait, le sportif ne peut pas avancer sans argent. Un professionnel doit disposer d'un matériel, d'une bonne ration alimentaire, d'un logement convenable et d'une infrastructure d'entraînement adéquate. Ceci n'est réalisable que si l'on associe le sport à l'économie. Le sport doit être donc une source de profits pour l'organisateur, une source de revenu pour l'athlète et un moyen de mobiliser une main-d'oeuvre importante autour de l'événement sportif.

    En 1988, Média Stratégie avait organisé le 1er Marathon de Casablanca qui a vu la participation de 10.000 personnes et a connu l'exploit de Khalid Sakkah. C'était l'une des premières tentatives pour développer le sport par la communication et en faire un événement rentable.
    Une autre agence, COOR, a vu le jour en 1993 pour se positionner plus particulièrement sur le créneau de l'événementiel. Cette agence de communication s'est spécialisée dans l'organisation de tournois de tennis. Interrogé sur le choix de ce sport, M. Saïd Nejjar, directeur général de l'agence, affirme que " c'est la Fédération Royale Marocaine du Tennis qui nous a facilité la tâche et nous a permis de développer nos prestations dans ce créneau". Ses dirigeants, ajoute-t-il, sont conscients du rôle que peut jouer la communication dans la promotion des événements sportifs tels que la Coupe Davis. Les avantages qui peuvent être tirés sont importants. Les joueurs par exemple seront convenablement indemnisés. Les participants marocains à la Coupe Davis percevront de 30% à 40% du budget alloué à la manifestation.

    Espace pour le sponsor


    La préparation de l'événement commence par l'échange de correspondances avec les médias, les sportifs, l'Administration, l'impression de documents (dossiers commerciaux, dossiers de presses...). Ceci coûte entre 200.000 à 250.000 Dirhams. En1993, rien que la médiatisation du national du tennis par la RTM (transmission) avait coûté à l'agence COOR 50.000 Dirhams. Par la suite, l'organisateur doit penser à la rémunération des ramasseurs de balles, des arbitres entre autre personnel employé durant la manifestation.
    Le seul moyen de couvrir ces charges, c'est de faire de l'événement sportif un espace attractif pour le sponsor. Ce dernier doit être sensibilisé pour concevoir la manifestation comme une occasion de promouvoir son image et/ou sa notoriété. "Actuellement l'étape du mécénat est révolue, et les organisateurs ne peuvent plus continuer à demander des aides au profit du club", précise M. Nejjar. Car le mécène donne une aide sans attendre un retour de profit, et les actions du mécénat sont intermittentes et irrégulières. Elles ne peuvent servir de base pour programmer l'organisation d'un événement sportif. Donc la place du sponsor prend de plus en plus de l'ampleur dans la réalisation de tournois ou de tout autre événement sportif. De plus, l'acte de sponsoring commence à se développer au Maroc et se fait de manière organisée. Le sponsor impose actuellement à l'organisateur de respecter le cahier des charges. Son partenariat dépend d'un taux d'écoute important au niveau de la manifestation, des moyens de transmission efficaces...

    La tour Eiffel au centre de la médina


    Pour le match barrage de la Coupe Davis, le partenaire médiatique est 2M. Elle assurera la transmission des rencontres moyennant 50% des recettes publicitaires.
    Les partenaires de l'équipe nationale dans la Coupe Davis sont la BMCI, les pâtes Gallo, L'Economiste et l'ONMT, alors que le sponsor de l'équipe de France est une multinationale de téléphones mobiles.
    Le montant des sponsors locaux représente à peine le quart de l'ensemble. La part du lion est partagé entre les partenaires internationaux qui se verront attribué les meilleurs emplacements publicitaires.
    Le rôle de l'agence COOR dans l'organisation du match barrage de la Coupe Davis ne se limite pas à la recherche de sponsor mais également à la communication et à la médiatisation de l'événement. Le logo du tournois a été réalisé par les soins de l'agence. Il présente la culture marocaine associée à celle française à travers la tour Eiffel édifié au centre de la médina.

    Hicham RAÏQ.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc