×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le profil industriel de 1992 : Les exportateurs, champions toutes catégories

    Par L'Economiste | Edition N°:103 Le 11/11/1993 | Partager

    Les industries de transformation ont affiché au cours de l'année 1992 des scores honorables malgré la sécheresse. Elles augmentent leurs investissements, leur production, leurs exportations et leurs effectifs. Tels sont les résultats de l'enquête annuelle du Ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Privatisation.

    En 1992, la production industrielle s'est établie à 115 milliards de DH, soit une progression de près de 4% par rapport à 1991.

    Cette augmentation est essentiellement l'oeuvre de 6.100 établissements, nombre qui n'a enregistré, quant à lui, qu'une croissance de 1% durant la même période.

    Tels sont les résultats révélés par l'enquête annuelle sur les industries de transformation du Ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Privatisation.

    Analysée par branche, la croissance de la production a été relativement importante au niveau des conserves (+7%), du papier et carton (+8%), des matériaux de construction, des ouvrages en métaux (+11%) et des boissons et tabacs (+16%).

    Les autres branches ont évolué à des rythmes quelque peu modestes, allant de 3 à 5%, à l'exception cependant de la plupart des IMME qui ont accusé des baisses dont les taux varient de -3 à -14%.

    Dans le domaine de l'emploi, les industries de transformation ont créé 12.000 emplois nets durant l'année 1992.

    Ainsi, le secteur industriel emploie actuellement 351.000 personnes à titre permanent et l'équivalent de 86.000 permanents en saisonniers, ce qui représente près de 437.000 personnes, soit 3% de plus que l'année précédente.

    9 milliards de DH d'investissement

    L'investissement réalisé au cours de l'exercice 1992 s'est chiffré à prés de 9 milliards de DH, enregistrant ainsi une avance de 14%.Les données recueillies par l'enquête contredisent les éléments rassemblés à partir des données d'investissement industriels déposés auprès des administrations. Selon ces dossiers d'intention, l'investissement industriel de 1992 avait baissé par rapport à l'année 1991.

    La productivité apparente du travail est de l'ordre de 103.000DH en moyenne par an et par personne. Les branches à forte productivité apparente sont les industries des boissons et tabacs (980.000DH), l'industrie métallique de base (403.000DH), la chimie et la parachimie (221.000DH), le matériel de transport (125.000DH) et les industries agro-alimentaires (118.000DH).

    Par ailleurs, les établissements à participation étatique contribuent de leur côté à hauteur de 27% à la production industrielle dont plus des trois quarts sont dégagés par les industries agro-alimentaires, chimiques et para-chimiques. Rapportée au capital social détenu par l'Etat dans lesdites entreprises, cette part ne représente plus que 24% de l'ensemble du capital national.

    Au niveau de l'export, les exportations industrielles ont atteint 29 milliards de DH, et ce y compris la sous-traitance (travail à façon), soit une augmentation de 4% par rapport à l'année 1991.

    Taux de couverture: 63%

    Les exportations de produits industriels couvrent les importations industrielles à raison de 63%. Quant à la part des produits industriels écoulés à l'extérieur dans les exportations globales, elle a été de prés de 85% en 1992.

    Les branches qui contribuent le plus à l'export sont la chimie et la parachimie avec 24%, la confection avec 23%, l'industrie alimentaire avec 19% et le textile-bonneterie avec 13% du total des exportations.

    Selon l'enquête menée par le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Privatisation, ces exportations sont l'oeuvre de plus de 1.600 entreprises qui ont exporté en moyenne la moitié de leur production.

    Bien que ne constituant en nombre que 28% du tissu industriel, les entreprises exportatrices contribuent pour plus de la moitié à la production industrielle (51%) et emploient 60% de la main-d'oeuvre du secteur.

    S'agissant des entreprises à participation étrangère (plus de 1.000 unités), elles contribuent pour 34% à la production industrielle. La participation étrangère dans le capital social des industries de transformation représente 15% du capital investi à la fin de l'exercice 1992.

    Enfin, pour ce qui est de la création des richesses, les industries de transformation ont dégagé 36 milliards de DH de valeur ajoutée en 1992, contribuant ainsi à hauteur de 15% au produit intérieur brut.

    M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc