×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Entreprises

Le groupe BMCE place ses pions

Par L'Economiste | Edition N°:327 Le 23/04/1998 | Partager

Cohérence et synergie constituent la trame de la organisation du groupe BMCE. Trois Pôles, dont la Banque Commerciale comme tête de pont, sont créés. Les détails.


Encore quelques postes de direction à pourvoir, mais la refonte de la structure organisationnelle du groupe BMCE est quasiment achevée. Derrière cette opération se profile un ambitieux projet d'entreprise: faire de la BMCE un groupe financier multimétiers d'envergure mondiale, sinon l'un des plus importants du pays.
C'est un fait. La BMCE en tant que banque commerciale accuse un retard en termes de rentabilité sur ses concurrents directs. Cependant, cette situation peut être imputée à l'héritage de la banque publique. Les responsables entendent enclencher une nouvelle dynamique avec pour principal mot d'ordre la rentabilité. Les pions sont maintenant disposés en ordre de bataille.

La nouvelle organisation est ainsi bâtie autour de la holding groupe BMCE qui n'est pas encore une entité juridique. Outre les fonctions d'état-major, l'architecture est composée de trois pôles.
Le premier, la banque commerciale, baptisée BMCE Bank, constitue en quelque sorte l'infanterie du groupe. Son réseau est utilisé pour la distribution de l'ensemble des produits financiers du groupe. Il s'agit en fait d'optimiser sa capacité. «Pour quelques années encore, elle représentera l'essentiel du PNB», souligne M. Brahim Benjelloun Touimi, secrétaire général du groupe.
BMCE Bank est coiffée par un Comité de Direction Générale de cinq membres dont M. Othman Benjelloun, le président. Outre le Secrétariat Général et la Direction des Engagements et des Risques, rattachés directement à la présidence, la structure est composée de la banque de réseau, celle de l'international et du pôle support en charge de la logistique entre autres.

BMCE Capital, la banque d'affaires, constitue le deuxième pôle du groupe. Elle réunit toutes les activités de marché, le conseil en haut de bilan et les fonds d'investissement de la banque entre autres. Conformément à sa stratégie de rationalisation du portefeuille, le groupe, RMA comprise, contrôle désormais l'intégralité du capital de MIT et de Marfin, Al Amane ayant cédé ses participations qui étaient respectivement de 32,5 et 50%. Pour les fonds d'investissement, le groupe est présent dans MENA LTD initié par l'ONA. Il s'est également renforcé dans Interfina, maintenant contrôlée à hauteur de 70%. Cette entité servira de véhicule pour les prises de participations. Il appartiendra cependant au conseil «de définir les priorités», indique le secrétaire général.
Sur un autre volet, il revient à BMCE Capital de poursuivre la rationalisation du portefeuille de participations. Ce n'est pas un secret. La logique veut que l'héri-tage du public soit revu de manière à cadrer avec la stratégie du groupe. Moody's, qui vient de noter quatre banques locales, n'a d'ailleurs pas manqué de souligner que certaines participations constituent un facteur de fragilisation pour BMCE Bank.

Tout comme il veut se tailler une large place dans les nouveaux métiers, le groupe mise sur la filialisation pour diversifier ses sources de revenu. De fait, un troisième pôle regroupant les filiales financières spécialisées est mis en place. Il ne constitue pas une entité juridique indépendante, mais plutôt «un regroupement logique». Dans ce pôle figurent notamment Maroc Factoring contrôlée à 85%, Maghre-bail à 43% (parts de RMA incluses), Salafin à 100% et Acmar à 40%.
Les jalons d'un nouveau groupe sont posés. Reste à mettre les gaz pour relever les défis de «Leader 2000», le projet d'entreprise récemment élaboré.

Alié Dior NDOUR

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc