×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Sonasid/ Longométal : La restructuration en marche

    Par L'Economiste | Edition N°:327 Le 23/04/1998 | Partager

    Trois mois après l'union de la Sonasid et de Longométal Industries, les sources de synergies sont identifiées. L'organigramme définitif de Longométal est attendu dans les prochains jours et le diagnostic du matériel est en cours.


    Depuis l'annonce officielle du rachat de Longométal Industries par la Sonasid, une mutation en douceur s'est engagée. La décision relative à l'intégration en amont de la Sonasid reste suspendue aux résultats de l'étude du projet de l'aciérie électrique. Parmi les contraintes à gérer, le renforcement du réseau électrique et le coût de l'énergie.
    Longométal Industries a, pour sa part, beaucoup à gagner de ce rapprochement et sa mise à niveau a toutes les chances d'aboutir.
    A la clé, optimisation de l'outil de production, transfert de savoir-faire, réorganisation des ressources humaines et alignement des procédures sur celles de la Sonasid.
    Pour évaluer l'état du matériel de Longométal, le nouvel acquéreur est en train de dresser l'état des lieux. Les résultats seront ensuite confrontés aux conclusions tirées du diagnostic de Marcial Usin, opérateur sidérurgique espagnol et partenaire de la SNI dans le noyau dur de la Sonasid. En outre, l'organigramme définitif sera fin prêt à la fin de ce mois. Il s'agit de spécifier les tâches et répartir les responsabilités.

    En fait, la phase de mise à niveau de la filiale requerra près d'une année, à en croire M. Abdellah Souibri, directeur général. Elle devrait déboucher tout naturellement sur la fusion effective des deux entités. L'essentiel de la mission du management dans les prochains mois consistera à mettre en place les conditions d'une synergie d'abord au niveau de l'organisation de la production et donc de la distribution des tâches entre les deux laminoirs.
    Le personnel de Longométal Industries bénéficiera à ce niveau des compétences de l'équipe de la Sonasid. Une spécialisation des deux sites de production devrait d'ailleurs s'ensuivre. La Sonasid se placera sur les produits de moyenne et petite dimensions, laissant à Longométal la production de diamètres plus larges. Objectifs: libérer une capacité de production supplémentaire et améliorer les marges de Longométal. Celle-ci est dotée d'un laminoir d'une capacité de 100.000 tonnes qui est à sa deuxième année d'exploitation.

    Politique d'approvisionnement


    En 1997, sa production aura atteint 78.000 tonnes, donnant lieu à la commercialisation de 75.000 tonnes de ronds à béton. Pour l'exercice 1998, le management table sur des ventes de 90.000 tonnes et un résultat net de 30 millions de DH.
    Est également inscrite dans les priorités du management de la Sonasid l'uniformisation de la politique d'approvisionnement.
    Pour l'exercice 1998, les achats groupés de la billette s'établiront à près de 590.000 tonnes dont 100.000 destinées à Longométal Industries et 490.000 tonnes, pour Sonasid. Selon les estimations de la Direction, le cours moyen de la tonne de billette devrait s'inscrire à la baisse, passant de 145 à 130 Dollars. Longométal devra aussi profiter de manière significative, de la force de frappe de la Sonasid en matière d'importation de billettes.
    Côté financement, Longométal Industries bénéficie d'ores et déjà des conditions bancaires appliquées à la Sonasid. Un acquis jugé non négligeable par M. Saïd El Hadi, directeur général-adjoint de Longométal Industries, sachant que la société a contracté un crédit à moyen et long termes de 45 millions de DH et dispose d'un découvert variant entre 60 et 70 millions de DH.
    Grâce à cette fusion, la Sonasid devra pouvoir optimiser ses coûts de transport et accroître davantage ses parts de marché. Sur le fond, les analystes financiers estiment que ce regroupement stratégique permettra à la Sonasid de mieux affronter les effets du démantèlement douanier. Elle dispose aujourd'hui d'une structure financière équilibrée, de moyens financiers conséquents et d'av-antages concurrentiels importants. Des atouts à capitaliser rapidement.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc