×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le 1er Salon chinois Hi-Tec démarre aujourd’hui

Par L'Economiste | Edition N°:2656 Le 21/11/2007 | Partager

. Plus de 30 entreprises d’une riche province représentées. Production de ciment et machines textiles en tête PLUS de 30 entreprises chinoises multisectorielles de la région de Jiangsu sont venues tenir salon au Maroc pour la première fois. Pourtant, cet événement a failli passer inaperçu en raison du retard accusé par les Chinois dans le domaine de la communication, déplore-t-on du côté marocain. Il s’agit du Salon Hi-Tec de la Chine qui se tient du 21 au 24 novembre au sein de la foire de l’Ofec à Casablanca. De grands organismes comptent y participer, notamment la CGEM. Ceci dit, des secteurs-clés dans l’économie chinoise vont être représentés par 30 entreprises issues de la riche province de Jiangsu: Matériels électriques et téléphoniques, machines textiles, construction et bâtiments, articles ménagers et électroniques. Un espace pour l’exposition d’équipements de transport (bus, SUV, tracteurs,…) devait être aménagé. Les organisateurs l’ont annulé à la dernière minute suite aux droits de douane élevés jugés pénalisants.Shen, le coordinateur de cette visite, a insisté sur les attentes de la délégation d’hommes d’affaires chinois par rapport à cet événement. «Il s’agit surtout de recueillir de bonnes appréciations des produits chinois et de tisser des liens avec des partenaires et des clients», soutient-il.Jiao Jun, DG d’une grande société spécialisée dans la machinerie chimique et l’équipement d’environnement, a aussi fait le déplacement. Son entreprise s’illustre principalement dans le traitement des eaux usées et les infrastructures de production de ciment. «L’aspect social et environnemental représente une grande importance à nos yeux», explique Jun. Ce dernier qualifie son activité comme garantissant une productivité maximale tout en épargnant l’environnement. Ainsi, le traitement des eaux usées s’effectue de façon à assurer la séparation de l’eau et de l’huile. Cette même eau passe ensuite par une longue chaîne de traitement avant d’être destinée à l’irrigation des terres de cultures. «Elle est si bien désinfectée qu’elle pourrait être destinée à la consommation», reprend le manager chinois. Pour l’instant, son utilisation se limite à l’irrigation à cause d’un frein psychologique. Par ailleurs, l’autre branche d’activité concerne la production de ciment «sans poussière». En plus d’installations «propres» qui ne polluent pas l’air, Jiao Jun est très optimiste par rapport aux opportunités d’investissement dans ce domaine. D’ailleurs, sa capacité de production atteint les 12.000 tonnes de ciment/jour et sa principale usine se trouve en Afrique du Sud qui en génère plus de 3.000 tonnes. «Le marché marocain nous intéresse. Il nous faut cependant une garantie pour l’exploitation de carrières pour au moins dix ans», a tenu à préciser l’industriel.Parmi les autres secteurs-clés de ce salon figure aussi le textile. Le coordinateur chinois explique qu’il s’agit essentiellement de machines de tissage et de filature. La production de ces machines textiles bénéficie de gros investissements pour y introduire les dernières technologies italiennes. Leur exportation est généralement orientée vers le marché américain et européen qui draine plus de 30 millions de dollars par an.Côté qualité, les Chinois sont très confiants. «Nos produits sont de bonne qualité, leur importation par les Américains et les Européens en est la grande preuve. Les opérateurs du bas de gamme travaillent au noir et ne nous font plus peur», déclare Shen. Cette confiance est bâtie sur la décision du gouvernement chinois d’interdire l’exportation de produits de mauvaise qualité. Même si certains esquivent la règle, les entrepreneurs marocains doivent saisir l’occasion de collaborer avec des hommes d’affaires chinois sérieux. L’effet de synergie ne sera que fructueux.


Jiangsu, une force économique

LE Jiangsu, qui s’étend sur plus de 100.000 km2 et compte plus de 75 millions d’habitants, soit 2 fois et demi la population du Maroc, s’impose en tant que troisième province chinoise en termes de poids économique. Cette province bénéficie à la fois de la proximité immédiate de Shanghai et d’une position stratégique dans le bassin inférieur du Yangze. La main-d’oeuvre qualifiée, les nombreux parcs industriels, et les efforts en infrastructures font que le Jiangsu offre un environnement économique favorable.Sara BADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc