×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    International

    La machine qui fabrique des rêves

    Par L'Economiste | Edition N°:1685 Le 16/01/2004 | Partager

    . 110 euros pour rêver à volonté et se réveiller en douceur LES Japonais sont apparemment de plus en plus déprimés. Dépassés les séances de thérapie sur le divan et les cours de yoga en plein air, aujourd'hui c'est une machine qui est censée régler le problème. Le géant japonais du jouet, Takara, va commercialiser une machine permettant aux personnes stressées et déprimées de faire de beaux rêves grâce à la diffusion combinée, pendant leur sommeil, d'effluves relaxantes, de musique douce et de “mots clés” propices aux songes.Baptisée “Yumemi-kobo” (l'usine à rêves), la machine a été conçue et fabriquée conjointement avec un psychologue japonais. La diffusion de “certaines fragrances” facilitera le sommeil et la relaxation des gens stressés, affirme le fabricant de jouets.La machine sera en vente en mai prochain, pour la bagatelle de 14.800 yens (110 euros), a précisé Takara. La “Yumemi-kobo”, qui mesure 35 centimètres de hauteur sur 22 de largeur, est équipée d'un magnétophone permettant aux utilisateurs d'enregistrer les mots clés qui favoriseront les rêves qu'ils souhaitent invoquer. Ces mots peuvent être programmés en boucle, à faible volume, pendant l'état de veille. Un réveil en douceur est également possible grâce à la diffusion de lumière tamisée et de musique apaisante pour que l'on puisse se remémorer les songes de la nuit. Réputé pour ses gadgets originaux, Takara table, dès la première année, sur la vente de 300.000 exemplaires de son “usine à rêves”.La même société avait mis au point le “Bow-Lingual”, une machine capable d'“interpréter” en langage humain les différents aboiements des chiens, pour le plus grand bonheur des propriétaires qui s'étaient arrachés le gadget lors de sa commercialisation en septembre 2002.(AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc