×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    L'électorat américain divisé

    Par L'Economiste | Edition N°:1685 Le 16/01/2004 | Partager

    . «La nation 50/50» entre républicains et démocrates toujours làA moins d'un an de la présidentielle, l'électorat américain est à 50/50 entre républicains et démocrates. Cette division est clairement apparue quatre ans plus tôt lors de la dernière élection et se confirme en 2004. Ni les attentats qui ont rassemblé la quasi-totalité du pays derrière le président sortant, le républicain George W. Bush, ni la guerre en Irak, facteur de division, n'ont modifié cette tendance que les politologues regroupent sous le vocable “la nation 50/50”. “Est-il possible qu'après le 11 septembre, la guerre en Irak et le fougueux baiser Madonna-Britney (Spears), nous soyons revenus à la case départ?” plaisante l'éditorialiste du New-York Times, David Brooks. Les données préliminaires à la prochaine élection sont pourtant différentes de celles de 2000: les républicains partent en rang serré derrière le président, les démocrates alignent neuf candidats. Les premiers soutiennent massivement la guerre en Irak, la détention de prisonniers au secret, les réductions d'impôts et s'opposent aux mariages homosexuels. Les seconds sont partagés sur toutes ces questions. Deux études récentes démontrent de fait que ces deux blocs, bien distincts depuis l'élection 2000, n'ont en rien été fissurés par les crises majeures qui ont secoué l'Amérique en près de quatre ans. Pourtant, note le Pew Research Center, chacun de ces événements, auxquels s'ajoutent l'imbroglio juridique consécutif au scrutin de novembre 2000 et le scandale financier Enron, avait largement le potentiel de “modifier le paysage politique”. “L'institut de sondage Gallup parvient à des conclusions similaires, affichant des chiffres encore plus nets après avoir interrogé 40.000 personnes en 2003.Synthèse L'Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc