×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

La FENELEC se focalise sur les droits de douane

Par L'Economiste | Edition N°:734 Le 28/03/2000 | Partager

. Le secteur de l'électricité et de l'électronique cherche à ramener le taux des droits de douane à 2,5% pour la majorité des intrants et des produits finis importés


Les révisions fiscales que les professionnels de l'Electricité et de l'Electronique demandent d'inclure dans la prochaine Loi de Finances sont focalisées sur les droits de douane. La Fédération Nationale de l'Electricité et de l'Electronique (FENELEC) appelle à revoir à la baisse ces droits et demande de les appliquer sur plusieurs importations. Dans une lettre au Ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat, la FENELEC dresse la nomenclature des produits qu'elle souhaite faire bénéficier de ces baisses avec, à l'appui, les arguments nécessaires.
Cette focalisation sur les droits de douanes revient au fait que le secteur est dominé par une forte activité importatrice (aussi bien des produits finis que des intrants). Les taux pratiqués actuellement varient entre 35% et 10%. La FENELEC souhaite les ramener à 2,5% pour pratiquement la totalité des produits importés (finis ou intrants). L'argumentaire qui accompagne les propositions de la FENELEC est, dans sa grande majorité, connu. Il a pour longtemps été à la base du discours des importateurs concernant la fiscalité.

Marché très concurrentiel


Premier argument, les taux de douane sont très élevés et pénalisent les professionnels marocains dans un marché très concurrentiel. Un simple exemple: des produits comme les rivets ou le fil en argent sont complètement détaxés dans des pays concurrents alors qu'ils sont taxés au Maroc à hauteur respectivement de 17,5% et 10%. Et des produits de ce type sont nombreux dans la nomenclature présentée par la FENELEC.
Pour d'autres produits, les professionnels du secteur jugent que la protection qu'un taux élevé de droit de douane est censé assurer, n'a pas lieu d'être : l'industrie locale à protéger n'existe parfois même pas. Des produits comme le préimprégné de polyester ou les fils laiton sont dans leur totalité importés. D'où l'inutilité de la protection. Pour d'autres produits, les taux élevés ne profitent, selon la FENELEC, "qu'aux produits asiatiques dont la qualité est douteuse et sans aucune norme de protection", et vont donc dans le sens contraire des intérêts du consommateur marocain. Dans d'autres cas, le produit fini et ses intrants paient les mêmes taux de douane, ce qui ne va pas dans le sens d'une protection de l'industrie, selon la FENELEC. C'est le cas par exemple des matières entrant dans la composition des câbles. Ces intrants paient majoritairement le même taux que le câble fini lui même, c'est-à-dire 35 plus de 15%. A ce niveau aussi, la proposition des professionnels est de ramener ce taux à 2,5%. Parfois, ce sont des considérations d'intérêt général qui sont avancées. Les lampes standard qui sont utilisées par le grand public ou les lampes destinées à l'éclairage public sont assujetties à un taux variant entre 15 et 35%. La FENELEC demande de le contenir dans des proportions allant de 10 à 25%, voire de carrément le supprimer pour les lampes d'éclairage public.
Un autre argument avancé par la FENELEC, l'application des engagements du Maroc dans le cadre d'accords internationaux. C'est notamment le cas de l'accord de libre-échange avec la Tunisie qui prévoit le démantèlement progressif des droits de douane et taxes d'effets sur les produits électriques et électroniques pour les ramener à 0% an 2008.

Omar MAKHFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc