×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    La Bourse plombée par les BTP

    Par L'Economiste | Edition N°:1975 Le 10/03/2005 | Partager

    . Les résultats négatifs de Ciments du Maroc et de Holcim impactent les indices. Masi et Madex reculent respectivement de 2,54 et 3,16%L’annonce des premiers résultats des sociétés cotées n’a pas été bénéfique pour la place de Casablanca. Ainsi, après avoir oscillé entre hausse et baisse en début d’année, la Bourse a finalement clôturé le mois de février par un recul des deux principaux indices. “Cette évolution est vraisemblablement nourrie par l’anticipation de la communauté des investisseurs des résultats 2004 en deçà des attentes, notamment pour les valeurs industrielles”, expliquent les analystes de BMCE Capital dans leur dernier rapport sur le comportement de la place. La publication de performances négatives pour Holcim et Ciments du Maroc a confirmé les appréhensions du microcosme financier. “Sachant que le secteur cimentier est un des principaux piliers de la place, les indices ne pouvaient que pâtir du mauvais comportement de ces valeurs”, explique un analyste. En effet, après une quasi-stagnation les trois premières semaines de février, Masi et Madex ont fini le mois sur une note négative. L’indice des valeurs du continu et le Moroccan All Shares Index subissent respectivement des pertes mensuelles de 3,16 et 2,54%, s’établissant ainsi à 3.436,65 et 4.446,24 points. La capitalisation boursière recule aussi de 2,12% pour atteindre 203,2 milliards de DH contre 207,6 milliards un mois auparavant. En dépit de ce repli, la sphère boursière affiche toujours des ratios de valorisation plutôt élevés: des PER 2004E et 2005P de 16,2x et 14,9x respectivement et un rendement de dividende moyen estimé en 2004 à 4,4%, est-il indiqué auprès de BMCE Capital. Les volumes transactionnels ont été, en revanche, étoffés. Le chiffre d’affaires enregistre une progression de 85,7% à 2,6 milliards de DH, drainé à hauteur de 81,7% par le marché central. Boosté par IAM et BMCE Bank, ce dernier a vu son flux d’affaires s’apprécier de 58,6% comparativement au mois précédent. A elles seules, les deux valeurs ont accaparé respectivement 35,8 et 20% du négoce mensuel. Le marché de gré à gré voit, quant à lui, sa part dans le total échangé s’établir à plus de 18% pour 482,2 millions de DH contre 4,7% à fin janvier 2005. Le titre BMCE Bank polarise 90,8% des transactions effectuées sur ce compartiment. Par secteur, ce sont les BTP qui ont le plus plombé la place. Leur indice cède 7,4% à 7.140,53 points, creusant son déficit year-to-date à -9,7%. Les télécommunications, quant à elles, abandonnent 1,5% à 1.245,60 points. Le secteur des Sociétés de Portefeuille-Holding n’est pas en reste. Miné par le mauvais comportement des titres ONA et SNI, il a également contribué à l’orientation défavorable du marché. A contrario, l’indice des sociétés de financements & autres activités financières, propulsé par les titres Eqdom, Diac Salaf et Diac Equipement gagne 8,6% à 5.197,40 points. Les assurances affichent également un profit mensuel positif de 1,1% à 1.133,47 points. Idem pour le secteur bancaire qui cumule des profits sur les deux premiers mois de l’année de 3,1%.


    Les effets d’annonce

    POUR ce qui est des plus fortes hausses, c’est Papelera de Tetuan qui se distingue avec un bond de 164,5% à 52,9 DH. “La perspective d’une éventuelle recapitalisation accompagnée de l’application d’un nouveau plan de restructuration semble aiguiser l’intérêt des spéculateurs”, soulignent les analystes de BMCE Capital. Diac Equipement et Diac Salaf sont dans le même cas de figure, gagnant respectivement 91,13% à 46,52 DH et 68,42% à 64 DH. “L’annonce du bon déroulement du plan de mise à niveau initié en 2001, couplée à de fortes rumeurs sur une reprise des deux filiales du Groupe Fininvest par un opérateur étranger redonnent confiance aux intervenants”, ajoutent-ils. De son côté, le CIH voit son cours propulsé à 60,1 DH s’appréciant de 33,8%. Le titre a non seulement bénéficié de l’effet d’annonce de la possible entrée dans son capital du Groupe français Caisses d’Epargne (www.leconomiste.com), mais également de l’anticipation d’un résultat 2004 en net redressement. Côté baisses, Managem est toujours dans un sillage négatif se contractant de 9,7% à 205 DH, pénalisée par un éventuel résultat négatif.F. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc