×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    La sardine de la discorde

    Par L'Economiste | Edition N°:1975 Le 10/03/2005 | Partager

    . L’INRH estime qu’il faut prélever 1 million de tonnes dans l’immédiat . Le département des Pêches maritimes limite les captures à 15 tonnes/jourLe torchon brûle entre les opérateurs de la pêche côtière de la zone sud du Royaume et leur département de tutelle. La pomme de discorde n’est autre que le rapport de l’Institut national de recherches halieutiques (INRH) qui a été réalisé sur l’état des stocks des petits pélagiques dans la région en novembre-décembre 2004. Les experts de l’INRH écrivent dans ce rapport, dont L’Economiste détient une copie, que le potentiel exploitable de sardine dans cette zone est estimé à 1 million de tonnes à prélever dans l’immédiat. Et pour cause, «ce stock est en état de vieillissement et sa capacité de charge semble être atteinte». Rappelons que le secrétaire général du département des Pêches maritimes, Rhanmi Tijani, avait ordonné dans une note, datant du 22 octobre, la limitation des captures des petits pélagiques à 15 tonnes par jour. La flotte côtière habilitée à pêcher a été fixée à 20 unités. Cette décision a soulevé un véritable tollé chez les opérateurs de la région Sud. Les industriels de farine et d’huile de poisson s’estiment particulièrement lésés par cette décision étant donné que ce stock de sardines est principalement orienté vers l’industrie de transformation. «Alors que la ressource meurt en mer ou se déplace vers la Mauritanie, le département des Pêches préfère en limiter les captures parce qu’il estime que notre industrie est dévalorisante», soutient Hassan Sentissi, président de l’Association nationale des fabricants de farine et d’huile de poisson. Pour montrer l’importance de sa filière, Sentissi n’hésite pas à brandir la correspondance que lui a adressé le Premier ministre, Driss Jettou, le 4 février dernier, pour féliciter la participation de l’association aux travaux de la conférence internationale de cette filière à Buenos Aires en novembre 2004. «Je vous encourage à poursuivre vos efforts dans l’intégration des industries marocaines de farine et huile de poisson à l’échelle internationale (…), ainsi que la mise à niveau et la valorisation de ladite industrie», écrit Jettou dans sa correspondance. Il n’empêche, le département des Pêches maritimes ne semble pas vouloir revenir sur sa décision et sauver ce qui reste du million de tonnes de sardines qui vieillissent en mer depuis quelques mois. L’Economiste n’a pu recueillir l’avis de Tijani malgré de multiples appels. Rappelons que la situation actuelle est similaire à celle de 1996. Le stock sardinier avait alors connu une chute drastique dans cette zone l’année suivante. Pour éviter de tomber dans les mêmes erreurs, les experts de l’INRH estiment que la productivité du stock actuel devrait être stimulée par une activation de l’exploitation qui reste encore limitée.


    Les stocks par zone

    Selon le rapport de l’INRH, le stock de sardine est particulièrement élevé dans la région de Boujdour et Lagouira. Il est évalué à quelque 7 millions de tonnes réparties sur trois zones. A savoir Safi-Tarfaya où les experts de l’Institut l’estiment à 840.000 tonnes, celle de Tarfaya-Boujdour avec 433.000 tonnes et enfin Boujdour-Lagouira qui disposerait d’environ 5,4 millions de tonnes. Le rapport note par ailleurs que la caractéristique principale est la prédominance des adultes dans ce stock. Particulièrement dans le périmètre Boujdour-Lagouira où les sardines semblent avoir atteint la capacité de charge et la limite de croissance. Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      marea[email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc