×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Grippe aviaire: Polémique autour du Tamiflu

Par L'Economiste | Edition N°:2145 Le 07/11/2005 | Partager

. Le laboratoire Roche défend son médicament.... … Biadillah conteste Efficace, pas efficace? Le Tamiflu, médicament produit par le laboratoire Roche pour traiter la grippe aviaire, est au centre d’une polémique au Maroc. Mohamed Cheikh Biadillah, ministre de la Santé, a laissé entendre qu’il n’était pas tellement convaincu de la nécessité d’un tel médicament, lors d’une récente rencontre avec la presse. De leur part, les responsables du laboratoire disent «ne pas comprendre les propos du ministre». Pour eux, l’efficacité et la nécessité du Tamiflu sont reconnues par l’OMS et plusieurs pays qui en ont constitué des stocks. Ils s’appuient sur un livre volumineux qui a été publié la semaine dernière en France par Fayard et qui porte le titre «Pandémie: la grande menace/grippe aviaire 500.000 morts en France?» Les deux auteurs du livre, dont L’Economiste a eu un exemplaire, confirment que le principe actif du Tamiflu (l’Oseltanivir) «imposé comme médicament de référence contre la grippe… est devenu central en cas de pandémie». Plus loin on peut lire, «l’utilisation du Tamiflu combiné à des mesures de quarantaine» est susceptible «d’étouffer dans l’œuf les éventuels éclosions de grippe aviaire mutée». Selon un responsable au laboratoire Roche-Maroc, contrairement à d’autres médicaments, l’absorption du Tamiflu est rapide et la concentration dans l’organisme se fait en 30 minutes. Par ailleurs, l’OMS recommande des stocks dudit médicament qui doivent couvrir 25% de la population. Des pays comme la Hollande, la Norvège, la Grande-Bretagne, la Suisse, la France ou encore la Nouvelle-Zélande ont respecté ce taux. Quant au ministère de la Santé, il a fait une première commande de 50 millions de DH de Tamiflu correspondant aux besoins de 1,5% de la population. Une deuxième commande de la même valeur est attendue pour porter ce taux à 3%. Ce qui est toujours loin des niveaux préconisés par l’OMS. Le plan d’action même du gouvernement estime la population vulnérable à 5,5 millions de personnes. Certes, le gouvernement a doté sa stratégie de lutte contre la pandémie de 900 millions de DH, mais il reste trop hésitant sur les moyens curatifs. Le manque de communication autour du sujet complique davantage le traitement de la crise. Car si Biadillah pense que les budgets alloués à la lutte contre la pandémie représentent des pertes sèches pour son département comme ce fut le cas pour le Sras, d’autres responsables au ministère voient les choses autrement. Pour eux, la composante curative de la lutte contre la grippe aviaire est primordiale. Ces interférences flouent le débat sur la pandémie et montrent l’urgence d’une stratégie de communication claire. Quels sont les moyens dont le Maroc dispose pour détecter le H5N1? Comment le médicament sera-t-il distribué et sur quels critères en bénéficier? Autant de questions qui nécessitent des réponses.


Le vaccin, pas pratique

Si la grippe aviaire devient transmissible entre humains, il faut entre 6 mois et un an pour élaborer un vaccin efficace sur la base du dérivé du H5N1. Ce serait alors trop tard, selon les spécialistes, puisque plusieurs millions de personnes mourront durant la première semaine de propagation de la pandémie. Aujourd’hui, la communauté internationale opte pour les moyens préventifs et le traitement consécutif à la déclaration des premiers signes de contamination. C’est pour cette raison que plusieurs pays ont stocké des quantités considérables du Tamiflu de Roche. Ce laboratoire a ouvert en début de l’année deux unités supplémentaires aux USA et en Europe pour satisfaire les commandes. Il en est aujourd’hui à 5 unités dédiées au Tamiflu.Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc