×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: L’équation budgétaire reste complexe

Par L'Economiste | Edition N°:3117 Le 29/09/2009 | Partager

. La sortie de la crise s’annonce «molle». Le chômage, principal obstacle à la reprise A l’heure de boucler son budget 2010, la France s’est extirpée de la récession mais n’en a pas fini avec la crise. La flambée attendue du chômage et l’apathie du secteur industriel annoncent une période de «croissance molle» qui devrait peser sur les recettes fiscales.L’an prochain, le gouvernement table sur un surplus de 2 à 3 milliards d’euros de rentrées fiscales, après une année noire où la chute de l’activité et des recettes ont vidé les caisses. L’embellie ne devrait toutefois pas être spectaculaire. La sortie de crise s’annonce «très molle», juge Philippe Askenazy, économiste au CNRS, qui s’alarme des «difficultés persistantes» sur le marché du travail. Le président Nicolas Sarkozy l’a même reconnu la semaine dernière: la France «sera sortie de la crise quand le chômage recommencera à baisser». Et cette échéance s’annonce lointaine.

Mauvaise nouvelle
Selon les experts, les effets dévastateurs de la crise sur l’emploi continueront à se faire sentir bien après le retour de l’activité. Le résultat est connu: leur revenu amputé, les ménages pourraient sabrer leurs dépenses. Ils feront ainsi refluer une consommation qui pèse pour plus de la moitié du produit intérieur brut (PIB) et qui a déjà commencé à se replier pendant l’été. Les recettes tirées de la TVA n’en sortiront pas indemnes. D’autant qu’une autre mauvaise nouvelle menace les ménages. Les collectivités locales, dont les ressources seront rognées par la réforme de la taxe professionnelle, pourraient compenser leur manque à gagner par l’impôt. «Il y a un grand risque d’une hausse de la fiscalité locale qui porterait un nouveau coup dur au pouvoir d’achat», prédisent les observateurs.La consommation en panne, l’industrie pourra-t-elle porter la croissance? Rien n’est moins sûr. Les mesures de relance (prime à la casse...) sont appelées à disparaître et l’investissement privé semble encore trop chétif. «Une grande incertitude demeure dans la mesure où nous ne sommes pas certains que la situation des banques soit suffisamment assainie» pour financer l’activité, souligne Hervé Boulhol de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La France devra aussi composer avec les faiblesses «structurelles» de son industrie. «On n’est pas spécialisé sur les produits porteurs de reprise. La France fait des gros coups sur l’aérospatiale mais n’a pas grand-chose en biens d’équipement», souligne un expert. Le redressement des recettes tirées de l’impôt sur les sociétés s’annonce donc modeste après sa chute abyssale en 2009 (-85,5% sur les six premiers mois). En comparaison, l’Allemagne, premier exportateur mondial, profitera du retour de la demande mondiale pour regarnir ses caisses. La France «manque d’un moteur», observe Philippe Askenazy, déplorant l’abandon des efforts budgétaires sur la recherche et l’innovation. Le grand emprunt, voulu par Sarkozy et dont le montant est toujours indéterminé, ambitionne de relancer la machine, en identifiant de nouvelles sources de croissance. Mais l’initiative risque de détériorer un peu plus les finances publiques. «On ne peut pas conseiller un resserrement budgétaire» dès maintenant au risque d’étouffer la reprise, juge Hervé Bouilhol, mais le niveau de dette ne permet pas «une politique expansionniste».B. A. I.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc