×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’Iran défie à nouveau les grandes puissances

Par L'Economiste | Edition N°:3117 Le 29/09/2009 | Partager

. Nouveaux tirs de missiles à longue portée. Toutes les cibles dans la région peuvent être atteintes L’Iran a procédé hier lundi à des tirs de missiles de longue portée capables d’atteindre Israël. Ces tirs ont été vivement critiqués par les capitales occidentales, à trois jours de la reprise à Genève des négociations sur le nucléaire.Peu avant ces tirs, dont des images ont été retransmises par la chaîne publique en langue anglaise Press-TV, le commandant des forces aériennes des Gardiens de la révolution, Hossein Salami, a averti que Téhéran répondrait à toute menace de manière «destructrice», notamment sur son programme nucléaire. «Les forces armées ont procédé avec succès hier lundi au tir d’un missile Ghadr-1, version améliorée du Shahab-3 d’une capacité de 1.800 km, et d’un missile Sejil à deux étages utilisant du combustible solide», a annoncé le commandant Salami, cité par la télévision iranienne en langue arabe Al-Alam. Le Sejil est un missile d’une portée de 2.000 km et «possède des capacités extraordinaires», selon l’ancien ministre de la Défense, Mohammad Ali Najar. Les deux missiles sont capables d’atteindre le territoire israélien distant d’environ 1.000 km. «Toutes les cibles dans la région, où qu’elles se trouvent, peuvent être atteintes», a noté le commandant Salami. «Face aux menaces contre l’existence, l’indépendance, la liberté et les valeurs du régime, notre réponse sera directe, ferme et destructrice», a-t-il encore déclaré, ajoutant que cette réponse ferait «regretter» à l’ennemi ses menaces. Israël et les Etats-Unis n’ont pas exclu l’option militaire face au programme nucléaire iranien. Les Occidentaux accusent Téhéran de chercher à fabriquer l’arme atomique, ce que l’Iran a toujours démenti. Les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du régime, ont effectué dimanche et lundi derniers des manœuvres balistiques avec des tirs de missiles de courte, moyenne et longue portées.Ces tirs de missiles n’ont pas manqué de susciter des réactions à l’échelle internationale. En effet, le chef de la diplomatie britannique David Miliband a jugé ces exercices répréhensibles, les qualifiant de «provocation», tout en affirmant que «la grande question de la semaine» serait l’attitude de l’Iran lors des discussions de jeudi sur le nucléaire. Les six pays (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Russie, Royaume-Uni) qui demandent à l’Iran de conformer son programme nucléaire aux règles sur la non-prolifération vont avoir, jeudi à Genève, les premières négociations avec la République islamique depuis 14 mois. Commentant ces exercices, Paris a demandé à l’Iran de «cesser immédiatement» ses «activités profondément déstabilisantes», tandis que Berlin a jugé ces tirs «inquiétants», Moscou a appelé «à ne pas céder à l’émotion».B. A. I.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc