×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Formation professionnelle : L'OFPPT veut développer des centres d'excellence

    Par L'Economiste | Edition N°:157 Le 08/12/1994 | Partager

    La formation professionnelle se refuse d'être un recours pour les exclus de l'éducation. L'OFPPT encouragé, par la Banque Mondiale, veut faire de certains de ses établissements des centres d'excellence. Objectif donner aux entreprises les hommes pour faire évoluer systèmes de production.

    L'OFPPT propose actuellement un troisième "projet BIRD" en vue de favoriser le développement du secteur privé par la formation continue et la formation initiale contractuelles avec les entreprises.

    Le but de ce projet est d'identifier "des établissements susceptibles de devenir des centres d'excellence" et d'évaluer des mesures à prendre au niveau des équipements et de la formation des hommes.

    Ce projet admet que tous les établissements sectoriels sont des centres d'excellence, car leur création a été décidée à la demande des professionnels. Le premier projet BIRD mise en place à l'OFPPT entre 1985 et 1992 avait porté sur l'extension de la capacité de l'appareil de formation et s'est élevé à 27,1 millions de Dollars US. Il avait permis la construction de 22 CQP (centre de qualification professionnelle), l'équipement de 24 CQP et de 6 ITA (institut de technologie appliquée) ainsi que l'acquisition de 5 unités mobiles de formation.

    Le second projet BIRD, allant de 1987 à 1993, avait porté sur l'aménagement de 31 CQP, l'équipement d'environ 100 établissements et le renforcement de la décentralisation.

    Le 3ème projet est estimé à 690 millions de DH et comporte 5 composantes:

    . La première concerne le développement de 42 centres d'excellence, situés dans des pôles économiques importants. Ces centres sont retenus pour offrir une formation adaptée aux besoins des entreprises. De ce fait, la consolidation des équipements, la création de nouvelles filières et le développement de l'assistance technique sont nécessaires. Le coût global de ce poste est de 460 millions de DH.

    . La deuxième porte sur l'amélioration de la formation par le développement de l'ingénierie de formation, de la formation alternée et la mise en place de la formation à distance. le coût global est estimé à 84 millions de DH.

    . La troisième traite du développement de l'assistance conseil par les centres d'excellence. Ces derniers doivent assister les entreprises dans la mise en place d'une démarche qualité, dans le recrutement et le développement des ressources humaines ainsi que dans la création d'entreprises. Le coût global de ce poste est évalué à 9 millions de DH.

    . La quatrième vise le développement du marketing qui permettra aux centres d'excellence d'offrir une formation adaptée au marché de l'emploi grâce à la mise en place d'un "observatoire des emplois et des professions", et le développement d'une banque de données économiques et d'un système d'insertion des lauréats.

    Le coût global de ces services est estimé à 17,6 millions de DH.

    . Enfin, l'amélioration du système de pilotage vise à développer les prestations des centres d'excellence par l'implantation d'un système de gestion et d'un schéma directeur des ressources humaines de l'Office. Le coût de cette dernière composante est estimé à 25,8 millions de DH.

    Démarche

    La démarche adoptée vise à identifier les établissements qui sont à même d'offrir les prestations de services aux entreprises et à déterminer les moyens humains, matériels et logistiques pour les rendre plus performants.

    En premier lieu, sur la base d'un échantillon de 5 délégations et de quelques établissements, il faut établir un diagnostic sur l'état des services aux entreprises et le valider auprès des entités.

    Puis, il faut établir un tableau de recommandations compte tenu des orientations de la Direction Générale de l'OFPPT, de la stratégie de développement du 3ème projet BIRD et du rapport diagnostic des établissements. Ce tableau doit être validé par le comité de direction de l'Office.

    Il s'agit ensuite de segmenter le marché des services aux entreprises en fonction des pôles d'activité pour procéder à la pondération des besoins de formation au niveau de la matrice "Pôle d'activité/secteur économique". Cette pondération se fera de manière qualitative dans un premier temps jusqu'à l'acquisition de données fiables.

    Il faut par ailleurs sélectionner les centres d'excellence potentiels et évaluer leur adéquation par rapport à leur environnement économique. Pour les établissements retenus, il faut définir le plan de développement et évaluer la faisabilité de l'investissement.

    5 recommandations

    Enfin, la validation visera à contrôler les hypothèses, les données et les objectifs de l'étude par les responsables des établissements, les dirigeants de l'OFPPT et les industriels.

    Le projet comporte 5 recommandations touchant au développement des services aux entreprises:

    . Au niveau de l'Office, le développement du marketing doit permettre la maîtrise des besoins du marché de la formation et favoriser la communication externe pour l'image de marque de l'Office, tout en facilitant les relations avec les professionnels.

    . Au niveau des établissements et des entreprises, le développement de l'ingénierie de la formation passe par la mise en place d'un minimum de compétences dans les établissements et par la constitution d'une structure d'appui de consultants en ingénierie.

    Il doit concerner les zones géographiques qui pourront former et assister les ressources locales.

    . Au niveau des directions des établissements, il faut mettre des profils adéquats grâce à la direction des ressources humaines.

    . Au niveau des établissements, de la délégation et des entités centrales, l'instauration d'un système d'objectifs et d'évaluation nécessite la mise en place d'un contrôle de gestion central, régional et local.

    . Au niveau des établissements, la mise en place d'une entité "services aux entreprises" avec des équipements adéquats accroîtra leur efficacité et permettra à terme l'adéquation formation/emploi grâce à des réajustements permanents.

    M.K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc