×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Essaouira: Le réseau d’assainissement en chantier

    Par L'Economiste | Edition N°:2432 Le 28/12/2006 | Partager

    . Un programme d’investis-sement de 120 millions DH. La station d’épuration opérationnelle en juin 2007L’Office national de l’eau potable (Onep) a mis en place un plan d’action ambitieux pour la rénovation du réseau d’assainissement liquide de la ville Essaouira. Le programme d’investissement à court et à moyen terme est d’un coût global de 120 millions de DH, dont 10 millions DH sont prévus pour l’exploitation. «L’objectif est d’assurer la protection des ressources en eau et l’amélioration des conditions d’hygiène et la santé publique», explique Lotfi Elouali, directeur provincial de l’Onep à Essaouira. A noter que la restructuration du quartier industriel de la ville reste tributaire de la fin des travaux de la remise en état du réseau d’assainissement liquide. Pour assurer l’exploitation et l’amélioration du fonctionnement des infrastructures existantes, l’Office intervient depuis décembre 2005. Dans ce cadre, plusieurs actions ont été entreprises. Il a été procédé aux entretiens de première urgence, au nettoyage des regards dans les canalisations des eaux usées et des avaloirs des eaux pluviales. L’objectif est de prévenir les débordements et le colmatage du réseau. Le projet prévoit également l’inspection des ouvrages ainsi que la réalisation d’opérations d’hydrocurage d’envergure par des moyens mécanisés. Et ce, afin de permettre l’amélioration des conditions de fonctionnement du réseau. Le coût de ces dernières opérations avoisine les 2,5 millions de DH, indique-t-on. Autre intervention: la réhabilitation des réseaux de la médina et du lotissement V. Ces travaux, qui nécessiteront 3,5 millions de DH, sont en cours de réalisation. Pour ces opérations, l’Office a mis en place des moyens d’exploitation. Ainsi, il a été procédé au recrutement d’un personnel permanent pour la gestion du service d’assainissement. Acquisition aussi du matériel d’exploitation, d’entretien, d’hygiène et de sécurité. Une camion-benne et une hydrocureuse ont également été mis en service. Le coût global du matériel est de 3 millions de DH. Par ailleurs, l’Office a conclu deux marchés avec deux microentreprises pour l’exploitation des stations de pompage existantes et du réseau pour 800.000 DH par an. Les investissements les plus lourds visent à renforcer l’infrastructure existante. A ce titre, l’Onep projette la réalisation de dalots d’eaux pluviales sur 9 km, l’extension des canalisations des eaux usées sur 7,6 km et l’aménagement de quatre stations de relevage comprenant 12 pompes. Le programme comprend également l’installation d’une station d’épuration de type lagunage avec quatre bassins et un émissaire de rejet en mer. Les travaux de la station, qui représente un investissement de 43,3 millions de DH, ont démarré il y a sept mois. Elle devrait être opérationnelle en juin 2007. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc