×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Oujda/Conseil communal de l’enfant
    Le wali hausse le ton

    Par L'Economiste | Edition N°:2432 Le 28/12/2006 | Partager

    . Les élus appelés à assumer leur responsabilité. La mise à niveau urbaine de la ville, une priorité EN collaboration avec l’académie régionale de l’éducation et de la formation, une rencontre a réuni, mardi 26 décembre, les membres du conseil communal de l’enfant à Oujda. A noter également la présence de Mohammed Brahmi, wali de la région de l’Oriental, de Lakhdar Hadouch, président de la commune urbaine d’Oujda, et de Naji Choukri, délégué du ministère de l’Education nationale. A noter que le conseil communal de l’enfant est composé de 55 membres représentant les cycles d’enseignement primaire, collégial et secondaire. Il est présidé par Fatima Lamnaouar. Les enfants ont saisi l’occasion pour interpeller les responsables locaux sur des problèmes liés à la précarité et l’insuffisance de l’infrastructure scolaire, l’insécurité aux alentours des établissements et l’absence d’espaces verts et aires de jeux. La défectuosité de la trame viaire et la crise du transport urbain ont été également soulevées.En réponse, le wali a demandé aux élus et représentants des différents départements administratifs d’assumer leur responsabilité. Pour lui, la situation que vit la ville d’Oujda est due au laxisme et à la mauvaise gestion de la chose publique depuis des décennies. Par ailleurs, la wali a rappelé les programmes importants en cours de réalisation ou prévus à court et moyen termes, dont notamment la mise à niveau urbaine, le projet Oujda Center City, etc. Bref, des priorités de taille qui nécessitent une enveloppe budgétaire de plus de 500 millions de DH. Aussi, a-t-il mis en garde les petits conseillers en herbe: «Ne soyez pas, comme nous les adultes, rétifs à l’effort. Prenez le sort de votre ville en main, son devenir est la responsabilité de tous…». De notre correspondant, Mohammed ZERHOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc